Tags Posts tagged with "livre"

livre

L’Habiter, un impensé de la politique de la ville. Pour un renouvellement du sens de l’action. Barbara Allen et Michel Bonetti. Editions de l’Aube, 2018. 352p.

Cet ouvrage, nourri par de nombreuses recherches et interventions dans les grands ensembles d’habitat social, révèle la diversité de ces quartiers et des modes d’habiter de leurs occupants. Il montre l’importance que représente l’habitat pour ces personnes, et le rôle décisif qu’il joue dans leur inscription dans la société. Dépassant les vaines oppositions entre urbain et social, conditions de vie et cadre de vie, il met en évidence les interactions entre les situations socio­-économiques des habitants, la conception des espaces urbains et leur gestion, ainsi que les politiques publiques qui contribuent à façonner modes d’habiter et situations habitantes.
Cette analyse réinterroge les fondements de la politique de la ville et propose une nouvelle conception de l’action.

Dérives adolescentes, de la délinquance au djihadisme. Danièle Epstein. Editions ERES, 2016/10.

Psychanalyste au sein d’une équipe éducative de la Protection judiciaire de la jeunesse, Danièle Epstein livre une réflexion sur l’embrigadement djihadiste guettant des adolescents déstructurés, qui, à l’issue d’un acte délinquant, ont à rendre des comptes à la Justice.
Trauma, errance, violence, exil sont ici abordés à travers la présentation de cas, des analyses  théoriques et  institutionnelles qui témoignent d’un combat clinique dans l’ordre judiciaire : faut-il donc « mettre au pas » ces jeunes quand l’enjeu de leur vie est de « prendre pied » en s’enracinant dans un monde habité de liens, de mémoire et de projets ?
Garantir l’espace psychique en institution est un combat, une lutte permanente pour que la clinique ne se laisse pas incorporer dans l’ordre judiciaire, pour que la logique institutionnelle n’écrase pas la logique du Sujet. Loin de décrire un mode d’emploi normatif ou de souscrire à une exigence de transparence informative, l’auteur montre comment les jeunes adressés par le juge peuvent ne pas rester objets de la demande judiciaire, et s’engager dans une démarche qui leur est propre.
Là où le quotidien prend la couleur de l’échec, de la menace et de la peur, l’objectif est de permettre à ces adolescents de s’inscrire dans une réalité psychique et sociale vivante et vivable. Ce souci éthique nécessite la cohérence de l’équipe éducative, utilement soutenue par une écoute analytique.

En savoir plus sur le site de l’éditeur

0 637

Le Sport fait mâle. La fabrique des filles et des garçons dans les cités, Carine Guérandel, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, 2016.

Le sport tend à être perçu de manière positive dans les banlieues populaires, où il jouerait un rôle majeur dans l’éducation et dans l’intégration des jeunes. À rebours de ces représentations « enchantées », l’ouvrage de Carine Guérandel montre comment les politiques publiques et les dispositifs sportifs contribuent à renforcer les stéréotypes de genre et l’invisibilité des filles dans les cités.

Lire l’article de Julian Devaux sur le site de Métropolitiques

Atlas académique des risques sociaux d’échec scolaire : l’exemple du décrochage. Gérard Boudesseul, Patrice Caro, Yvette Grelet, Céline Vivent. Ministère de l’éducation nationale, CEREQ, Université de CAEN, ESO de Caen.  septembre 2016. 160 p.

La première parution de l’Atlas ayant donné lieu à de nombreux échanges dans les différentes académies et régions, cette nouvelle édition, actualisée essentiellement à l’appui du recensement de 2011, fournit quelques indications quant aux effets de la crise économique et sociale survenue à partir de 2008. Elle est aussi enrichie par des données nouvelles et inédites sur les départements d’outre-mer. Pour la France métropolitaine comme pour les DOM a été conservé le découpage fin à l’échelle cantonale antérieure à la réforme de 2013 qui les a réduits de moitié. La présentation reste une succession de fiches académiques, ne tenant pas  compte de la fusion de certaines régions. Celles-ci sont disponibles sur demande.

Quitter le système éducatif sans diplôme, c’est aujourd’hui être grandement exposé au chômage et au sous-emploi en début de vie active, et, avec la crise, bien au-delà de la période d’insertion. En privilégiant une approche territoriale, cet Atlas apporte un éclairage original sur le risque de décrochage scolaire, que l’on sait très inégal selon le milieu d’origine et les conditions de vie. Ainsi, l’ouvrage décrit finement la situation de chaque académie d’un double point de vue : il analyse et cartographie, à l’échelon cantonal, les facteurs plus ou moins propices à la réussite scolaire et la difficulté scolaire qui peut conduire à l’abandon précoce des études.
En savoir plus et accès à l’Atlas en totalité ou par académie sur le site du ministère
Dans l’Académie de Montpellier (pp. 61-65), En première approche, le type le plus visible est le « milieu rural isolé, de tourisme saisonnier et d’économie présentielle » qui représente 42 % des cantons mais seulement 16 % de la population, compte tenu de la faible densité démographique.
La part des jeunes non diplômés parmi les 15-24 ans non scolarisés (27,9 %) y dépasse la moyenne nationale (25,4 %). Mais les risques sont plus étendus dans le type « précarité économique plutôt dans des communes de taille moyenne » qui concerne un canton sur trois et un habitant sur deux ainsi que dans le type « cumul de fragilités économique, familiale, culturelle en milieu urbain », beaucoup plus concentré, puisque moins d’un canton sur dix abrite 23 % de la population. Cette double caractéristique, de risques étendus pour une partie de l’académie et concentrés pour une autre, explique que la part des jeunes non diplômés parmi les 15-24 ans non scolarisés soit significative (30,3 %), du même ordre que dans les académies d’Amiens
et de Créteil.
Sur le site du CEREQ

Le CRPVE a constitué un groupe de travail en Essonne « Développement économique et dynamiques territoriales » chargé de définir les principes et les enjeux du développement économique. Il a réuni 82 participants issus de l’univers entrepreneurial, des collectivités territoriales et de l’insertion professionnelle. Les objectifs du groupe de travail s’articulaient autour de trois points :
– engager avec les professionnels, une réflexion sur la définition de stratégies économiques locales ;
– repérer des pistes d’action pour favoriser le développement économique des quartiers d’habitat social ;
– favoriser le décloisonnement des cultures professionnelles en donnant les conditions de réussite d’un dialogue entre acteurs des secteurs public, parapublic et privé.
Accéder au web-livre sur le site du CRPVE

Regards sur nos quartiers. Laurent Marinot. Arkéa. Mai 2016. 182 p.
Quels sont les facteurs de réussite d’une opération de rénovation urbaine ? Comment favoriser la participation des habitants à l’élaboration de leur projet de ville et de vie ? Comment développer la mixité sociale et offrir un cadre de vie meilleur aux populations ? Comment développer l’activité économique dans des quartiers ? Autant de questions abordées dans ce recueil de témoignages et d’expériences, publié par ARKEA banque entreprises et institutionnels.
Regards sur nos quartiers donne la parole à ceux qui construisent la ville de demain :  16 acteurs donnent leur vision.
Extrait du témoignage de Dominique Guérin, Directeur Général de FDI Groupe sur le quartier du Petit Bard.
FDi  Groupe  consacre  un  tiers  de  ses  résultats  à  des  actions  de  mission  sociales  engagées  dans  les  politiques  locales  de  l’habitat  aux  côtés  des  collectivités. il  a  piloté  ainsi  le  déploiement  de  financements  spécifiques  et  un  accompagnement  social  sur  mesure  pour  le  quartier  du  Petit  Bard,  à  Montpellier. une  opération  emblématique par son approche humaine et innovante. explications…
« Au petit Bard, le plus important a sans doute été de redonner confiance aux habitants »…

Lire la suite dans le document (p.52)

Jeunesses françaises. BAC + 5 in banlieue. Fabien Truong La découverte, 2015

Il s’agit d’une l’étude fine des trajectoires scolaires puis professionnelles d’une vingtaine de jeunes, issus d’un quartier populaire de Seine-Saint-Denis, dont l’auteur a croisé la route en tant qu’enseignant. Le livre tire son originalité et sa richesse de son approche longitudinale, mais n’échappe pas tout à fait à une perspective homogénéisante de la condition banlieusarde.
Accès à l’article de Métropolitiques

0 570

Mixité sociale, et après ? coordonné par Marie-Hélène Bacqué et Eric Charmes. PUF/ La Vie des Idées, avril 2016. 112p.

Au cœur des débats publics actuels sur les modalités d’existence et de fonctionnement d’une communauté de citoyens se trouvent les questions urbaine et territoriale. Les « ghettos » sont ainsi opposés à un idéal de mixité sociale. Mais le succès des discours en faveur de cet idéal occulte le fait que la mixité peut servir des valeurs et des intérêts très divers.
Cet ouvrage souligne la complexité des processus en cause et déconstruit plusieurs idées reçues. Il éclaire les enjeux de la ville d’aujourd’hui pour dépasser la binarité de façade entre un « apartheid » dont on connaît les méfaits et des politiques de mixité sociale dont on surestime les avantages. En s’appuyant sur les recherches urbaines les plus récentes, les auteurs discutent les effets de dynamiques actuelles telles que la gentrification, la périurbanisation ou la ségrégation.
En savoir plus sur le site de La vie des idées

Vincent Duclert (dir.), La République, ses valeurs, son école. Corpus historique, philosophique et juridique, Paris, Editions Gallimard, coll. « Folio actuel », décembre 2015, 510 p.

On croyait la chose acquise : la République est, selon sa propre étymologie, le bien commun. Or, l’actualité récente prouve que la notion, pourtant invoquée sur tous les airs, a perdu jusqu’à son évidence.
La République, ce sont trois grandes valeurs : l’universalité des droits, c’est-à-dire l’assurance que les hommes ne tirent leurs droits d’aucune appartenance ou qualité particulière, mais de leur simple qualité d’être humain ; la devise constitutive liberté, égalité, fraternité – valeurs auxquelles nul ne saurait déroger ; la laïcité, qui proclame la liberté de conscience et permet la liberté religieuse.
En savoir plus sur le site de l’éditeur

0 590

L’impact des origines sur les conditions de vie et les trajectoires sociales. Enquête sur la diversité des populations en France. Sous la direction de Cris Beauchemin, Christelle Hamel et Patrick Simon. INED, 2016, 624 p.

L’enquête TeO vise à identifier l’impact des origines sur les conditions de vie et les trajectoires sociales, tout en prenant en considération les autres caractéristiques sociodémographiques que sont le milieu social, le quartier, l’âge, la génération, le sexe, le niveau d’études.
Les questions d’intégration et de discrimination occupent une place importante dans les débats publics. Mais aujourd’hui la France manque encore de statistiques nationales permettant d’étudier ces phénomènes. L’enquête TeO est conçue pour combler ces lacunes.
TeO s’intéresse à toutes les populations vivant en France métropolitaine, à leurs conditions de vie actuelles et à leurs parcours. L’enquête porte cependant un intérêt particulier aux populations qui peuvent rencontrer des obstacles dans leurs trajectoires du fait de leur origine ou de leur apparence physique (immigrés, descendants d’immigrés, personnes originaires des DOM et leurs descendants).
En savoir plus sur le site de l’INED

 

Aller à la barre d’outils