Recherche : Comment renforcer l’esprit critique des jeunes des quartiers populaires ?

Recherche : Comment renforcer l’esprit critique des jeunes des quartiers populaires ?

Depuis octobre 2015, une recherche intervention – initiée par le Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) et soutenue par le CGET – est menée dans cinq villes volontaires : Gennevilliers, Nantes, Échirolles, Strasbourg et Villiers-le-Bel. Un rapport final est prévu en mars 2017.

Cette recherche-intervention, lancée après les attentats de janvier 2015, s’appuie sur un dispositif de recueil de paroles de jeunes de 16 à 25 ans et d’enquête auprès des familles, des professionnels de la jeunesse et de la société civile. Après des entretiens collectifs avec 250 jeunes et 150 professionnels, elle vise à identifier et à comprendre les représentations des adolescents et des jeunes sur leur rapport à la société et à la mondialisation, la manière dont ils s’en perçoivent comme acteurs, le rôle des réseaux sociaux, les événements et leur influence sur leur construction identitaire et leurs modes de socialisation (intégration, repli, etc.).
Le 6 décembre dernier, la cinquantaine d’acteurs (professionnels, élus, acteurs associatifs) impliqués dans l’étude s’est réunie au CGET, en présence de la secrétaire d’État chargée de la Ville, Hélène Geoffroy, à l’écoute de la restitution des ateliers et des propositions du groupe de travail. Pour celui-ci, plusieurs pistes sont à approfondir, notamment la création d’espaces d’écoute, le renforcement du dialogue intergénérationnel ou, encore, l’implication des jeunes dans la vie publique. Les participants ont également souligné la nécessité de questionner leur propre pratique professionnelle.
Le CGET soutient cette recherche-action et participe à son financement. En 2017, cette démarche sera étendue à deux nouveaux sites, l’un situé en zone périurbaine et l’autre en zone rurale. La remise d’un rapport final est prévue en mars 2017.