Quelle place pour les quartiers sensibles dans l’Economie Sociale et Solidaire ?...

Quelle place pour les quartiers sensibles dans l’Economie Sociale et Solidaire ? Enjeux de l’ESS dans le cadre de la politique de la ville en Languedoc Roussillon. Journée du 27 mars 2014

Journée du 27 mars 2014 

organisée par Le centre de ressources régional Politique de la ville Villes et Territoires LR en partenariat avec la Chambre Régionale de l’Economie Sociale et Solidaire du Languedoc Roussillon (CRESS LR)

Rappel de la journée :
La nouvelle politique de la ville met l’accent sur le développement économique urbain et l’apport qu’est susceptible d’apporter l’Economie Sociale et Solidaire (ESS) à ce pilier. En effet, l’ESS et la politique de la ville ont des fondements communs : proximité, participation des habitants, qualité du cadre de vie, mobilisation des ressources du territoire… Le gouvernement préconise l’utilisation de l’ESS comme levier de développement local pour les quartiers défavorisés.
Qu’en est-il au niveau du Languedoc Roussillon ? Le Conseil Régional est précurseur et voit dans l’ESS un champ créateur d’activités et d’emplois non délocalisables, à forte utilité sociale. Outre l’aide directe aux entreprises, le soutien de la Région porte sur les actions collectives des réseaux de l’ESS. Son objectif est de favoriser la structuration économique du secteur, de développer ses capacités d’innovation et de faire connaître les entreprises de l’ESS.
Comment les quartiers s’inscrivent-ils dans cette politique régionale ? Les outils structurants mis en œuvre ? Quelles initiatives à encourager à cette échelle infra communale ? Comment favoriser l’ESS dans le cadre des futurs contrats de ville ?

Programme Journée ESS 27 mars 2014

Accédez au compte rendu de la journée

 

Dossier ESS et politique de la ville mars 2014

Complément au dossier :

– Repères :

Le CGET est membre du Conseil Supérieur de l’Économie Sociale et Solidaire depuis le 24 juin 2015.

Le Conseil Supérieur de l’Économie Sociale et Solidaire débat de la politique publique en faveur de l’économie sociale et solidaire (ESS) dans toutes ses dimensions : territoriale, européenne, économique et sociale.

Aujourd’hui, l’ESS réalise 10 % du PIB grâce à 200 000 entreprises et emploie 2 360 000 salariés. Ce secteur escompte 600 000 recrutements d’ici 2020 en raison des départs à la retraite.
Accès au site du ministère
Accès au Conseil national des Chambres régionales de l’Économie sociale

– Statistiques :

INSEE, 8 juillet 2014 : L’économie sociale en 2012.

Accès aux tableaux déclinés au niveau régional

– IAE
Les salariés des structures de l’insertion par l’activité économique. Profil, accompagnement et situation à la sortie. Dares Analyses, n°20, Mars 2014, 16 p.
Accès au document

Décret n° 2014-197 du 21 février 2014 portant généralisation de l’aide au poste d’insertion et diverses mesures relatives à l’insertion par l’activité économique. Légifrance, Février 2014
Ce décret vise à simplifier les modes de financement des structures d’insertion par l’activité économique (entreprises d’insertion, entreprises de travail temporaire d’insertion, associations intermédiaires, ateliers et chantiers d’insertion).
Accès au document

– La législation relative à l’économie sociale et solidaire : analyse comparée France/Europe  Cides, Avril 2014, 24 p.
A l’heure où la France est en passe de se doter d’une loi sur l’économie sociale et solidaire (ESS), la satisfaction semble de mise du côté des acteurs français de l’ESS. Cette note s’attache à re-contextualiser le projet de loi français au regard des orientations de l’UE et de la législation des pays membres, en vue de contribuer, à alimenter le débat déjà vivace.
Elle apporte des éclairages sur les grandes tendances à l’oeuvre en Europe, et sur les grands modèles émergents eut égard aux contextes historiques et socio-économiques, à travers une approche à la fois : chronologique, géographique et thématique.
Elle s’attache enfin à dépeindre les caractéristiques du projet de loi français comparativement aux législations et modèles européens existants, afin d’apporter des éléments de réflexion et d’analyse complémentaires aux travaux et réactions des réseaux de l’ESS, qui aillent au-delà des préoccupations hexagonales en matière de reconnaissance institutionnelle, de structuration territoriale, de création de leviers de développement, …Parce que le  développement de notre secteur, gage de progrès économique et social pour la France, passe par une plus grande synergie avec les acteurs et les territoires transfrontaliers, il est indispensable que le débat français s’ouvre à l’Europe.
Accès au document

L’économie collaborative au service des territoires. Villes et territoires en partage. avril 2015
Accès au document