Groupe de qualification sur l’observation territoriale le 7 juillet 2016 à Montpellier

Groupe de qualification sur l’observation territoriale le 7 juillet 2016 à Montpellier

Villes et Territoires Languedoc Roussillon a organisé un groupe de qualification sur l’observation territoriale qui avait pour thème : Quels outils d’observation des trajectoires résidentielles des habitants des quartiers de la politique de la ville ?

Jeudi 7 juillet 2016 – 14h-16h45 à Montpellier
Présentation

L’organisation de cette rencontre répondait à l’intérêt exprimé par des acteurs de la politique de la ville du Languedoc Roussillon pour des retours d’expériences de territoires qui se sont donnés les moyens d’observer et de comprendre les mobilités résidentielles pour intégrer cette connaissance dans la vision que l’on se fait de ces quartiers et dans l’adaptation – voire l’évaluation – des politiques publiques qui y sont mises en œuvre : politiques de l’habitat, attributions de logements sociaux, stratégies de peuplement, renouvellement urbain, etc.

Afin de proposer des ressources en termes d’outils et de méthodes pour l’observation de ces mobilités résidentielles, Villes et Territoires LR a sollicité le retour d’expérience de l’Agence d’Urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise qui a réalisé une étude, à la demande de l’Etat et du Grand Lyon, dans le cadre de l’Observatoire partenarial Cohésion sociale et territoriale visant à mieux connaître sur ce territoire qui sont et où vont les ménages qui sortent des quartiers de la politique de la ville. Cette présentation a été faite par Nicole Ponton Frenay, sociologue, directrice d’études à l’agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise.

Les questionnements

Depuis vingt ans, les écarts socio-économiques entre les habitants des quartiers de la politique de la ville et les habitants du reste de l’agglomération où ces quartiers se situent ne diminuent pas pour certains indicateurs (revenus, chômage).
On en déduit du coup hâtivement une vision statique de la réalité où, malgré l’action publique mise en oeuvre, il y a toujours autant de pauvreté dans les quartiers de la politique de la ville, ce qui peut conduire à parler d’échec de cette politique publique. Ce faisant, on fait l’impasse sur le fait qu’en permanence des ménages partent des quartiers prioritaires et sont remplacés par d’autres.
On arrive à mesurer les entrées, les stock, mais beaucoup moins les sorties. Cette étude apporte ainsi des réponses aux questions suivantes :

  • Y-a-t-il vraiment des mouvements de ménages qui sortent des quartiers politique de la ville ? Qui sont-ils ? Où vont-ils ?
  • Ces départs correspondent –ils à une mobilité sociale et résidentielle ascendante ou à des petites mobilités au sens d’une amélioration des conditions de vie ?

Cette étude, réalisée sur la période 2013-2015, a répondu à une commande qui peut se résumer de la manière suivante :

  • Prendre la mesure des mouvements de ménages qui sortent des quartiers politique de la ville. Analyser dans quelle mesure il y a une amélioration des conditions de vie des ménages qui quittent ces quartiers.
  • Comprendre les parcours des habitants qui quittent les quartiers politique de la ville (le mécanisme du « quartier intégrateur », « parabole de l’hôpital », « fuite du quartier »)
  • Les quartiers qu’ils quittent sont-ils des quartiers « sas », espaces de transition et de tremplin dans l’agglomération, ou des quartiers « nasses », quartiers où l’on ne peut sortir et où habite une population assignée à résidence ?

Méthodologie : une double démarche quantitatif – qualitatif

Une série d’entretiens qualitatifs a été menée auprès d’une quarantaine de ménages qui déménageaient de Zus, dans le cadre de l’Observatoire partenarial de la cohésion sociale et territoriale, animé par l’Agence d’urbanisme.
Une enquête quantitative sur un échantillon statistiquement représentatif de 400 locataires HLM habitant en ZUS et qui avaient donné leur dédite pour déménager.

Diaporama de présentation de l’étude sur les mobilités résidentielle et de ses résultats

Cette présentation propose en conclusion un aperçu de la manière dont les commanditaires et les partenaires de ce travail ont pu tirer partie de ces connaissances dans le cadre de leurs missions.

Quelles autres données et méthodes mobilisables pour l’observation des mobilités résidentielles ?

Cette rencontre a également permis de faire un point sur d’autres données mobilisables pour l’observation des mobilités résidentielles, sur certaines précautions méthodologiques, et d’évoquer des études en cours à l’échelle locale ou nationale, à l’initiative notamment de l’Observatoire National de la Politique de la Ville (ONPV).

Diaporama “Quelles autres données et méthodes mobilisables pour l’observation des mobilités résidentielles ?”

Pour aller plus loin :

On trouvera ci-dessous les publications de l’Observatoire partenarial Cohésion sociale et territoriale du Grand Lyon qui restituent en détail les résultats de cette étude (source : Agence d’urbanisme pour le développement de l’agglomération lyonnaise) :

Les mobilités des ménages en quartiers politique de la ville. Qui sont et où vont les ménages qui sortent de ces quartiers de l’agglomération lyonnaise ? Document de synthèse, mai 2015

Les mobilités des ménages en quartiers politique de la ville, Tome 1 – Résultats du sondage, synthèse des entretiens, mars 2015

Les mobilités des ménages en quartiers politique de la ville Est-ce toujours synonyme de mobilité ascendante ? Tome 2 – Entretiens avec les habitants, mars 2015

A noter qu’en 2014, le pôle Marchés locaux de l’habitat du Cerema a réalisé pour le compte du ministère du Logement un guide qui décrit comment étudier la mobilité résidentielle à partir des différentes sources statistiques.
Après un chapitre introductif « Mobilité résidentielle, de quoi parle-t-on ? » où est rapidement présentée la notion de mobilité résidentielle et les conditions d’une approche statistique de celle-ci (définitions connexes, difficultés, limites…), le document se divise en deux parties :  Pourquoi étudier la mobilité résidentielle ? et Les sources de données disponibles

Lien vers le site du CEREMA proposant ce guide en téléchargement