Thématiques

Marie-Hélène BACQUÉ, Carole BIEWENER Ed. La découverte ; coll. SH / Politique et sociétés ; janvier 2013

Ce livre retrace la genèse, l’histoire et les actions liées à l’empowerment. Originaire des Etats-Unis et assez peu mis en pratique hors pays anglo-saxons, l’empowerment désigne le “pouvoir d’agir” des individus et des collectifs.
Les deux chercheuses Marie-Hélène Bacqué et Carole Biewener explorent les manières dont les citoyen(ne)s peuvent construire des alternatives pour répondre aux défis de nos sociétés. Défendant résolument une vision émancipatrice de l’empowerment, les auteures en expliquent les limites, mais aussi l’importance pour éclairer les débats contemporains sur la démocratie.
En savoir plus sur le site de l’éditeur

Michel Kokoreff, Didier Lapeyronnie, Seuil, 2012, coll. ” La république des idées” 106p.
« Cités », « banlieues », « zones urbaines sensibles »… Ces territoires que l’on ne sait plus nommer ont subi bien des transformations depuis trois décennies : paupérisation, ségrégation urbaine et ethnique, expansion des économies souterraines, durcissement des rapports avec les institutions. Les émeutes et les violences viennent régulièrement révéler les limites de l’action publique. Ce livre propose un diagnostic fondé sur vingt ans de recherches de terrain, en même temps que des pistes pour repolitiser ce que l’on ne cesse de stigmatiser. Car, pour sortir de l’impasse, il est nécessaire d’inventer une « politique des banlieues » s’appuyant sur la force des quartiers, sur le dynamisme des acteurs, les femmes, la jeunesse. Lutter contre le chômage et la délinquance est une nécessité ; mais l’intégration politique doit être la priorité. Il est urgent que les habitants deviennent des citoyens à part entière, c’est-à-dire des acteurs de la vie démocratique. Pour refaire les cités, il faut au préalable refaire la cité.
Découvrir ce livre en écoutant Michel Kokoreff et Didier Lapeyronnie sur France Culture

Mobilité quotidienne, socialisation et ségrégation : une analyse à partir des manières d’habiter des adolescents de zones urbaines sensibles.
Thèse de Nicolas Oppenchaim, sous la direction de Francis Godard, Université Paris-Est, laboratoire Ville, Mobilité, Transport (LVMT),  2012. 591 p.
L’objectif de cette thèse est de mieux documenter les différentes manières d’habiter des adolescents de zones urbaines sensibles (ZUS) franciliennes en prenant appui sur l’analyse de leurs pratiques de mobilité quotidienne. Elle vise à répondre aux trois questions suivantes :-les adolescents de ZUS ont-ils une mobilité spécifique par rapport aux autres adolescents ? -la diversité géographique des ZUS et l’hétérogénéité sociale des adolescents de ces quartiers se traduisent-elles par des pratiques de mobilité différenciée et, au final, par différentes manières d’habiter un quartier ségrégué ? -selon la manière dont ils habitent leur quartier, certains adolescents de ZUS subissent-ils plus que les autres les externalités négatives de la ségrégation urbaine ?

0 252

Vincent Dubois (dir.), Le politique, l’artiste et le gestionnaire. (Re)configurations locales et (dé)politisation de la culture, Editions du Croquant, coll. « Champ social », 2012, 274 p.
Cet ouvrage éclaire l’évolution des rapports entre culture et politique depuis le début des années 1960. Il retrace pour ce faire les changements intervenus dans les systèmes de relation constitutifs des politiques locales de la culture.

Aller à la barre d’outils