Thématiques

Le FDVA a pour objet de contribuer au développement de la vie associative en attribuant un soutien financier sous forme de subventions aux associations qui initient et mettent en œuvre des actions de formation ou des projets locaux innovants au profit des bénévoles élus et/ou des responsables d’activités. L’objectif du FDVA est de soutenir l’acquisition de compétences par les bénévoles (à l’exception des associations qui interviennent dans le domaine des activités physiques et sportives, et/ou qui bénéficient de l’agrément prévu par l’article L.121-4 du code du sport).

Accéder à la note d’orientation régionale 2014 du FDVA sur le site de la DRJSCS du Languedoc Roussillon

Dans un avis adopté à l’unanimité le 15 janvier, le Cese propose de prolonger les zones franches urbaines après 2014, tout en apportant un certain nombre d’aménagements : assouplissement de la clause d’embauche locale, réduction de la durée des exonérations, nouveau pilotage local… Pour le Cese, les nouvelles ZFU devront être un sous-ensemble des futurs contrats de ville, là où les difficultés sont les plus criantes.
(Localtis.info, 15 janvier 2014)
Présentation de l’avis sur le site du Conseil Economique Social et Environnemental

Pour mémoire, il y existe actuellement 4 zones franches urbaines (ZFU) en Languedoc Roussillon : à Montpellier, Nîmes, Perpignan et Béziers.
Rapport « Les zones franches urbaines » à télécharger sur le site de la Documentation française

Les Cahiers du Développement Social Urbain n°58 – Second semestre 2013. CR-DSU

Le dernier numéro des Cahiers du Développement Social Urbain, publiés par le CR•DSU, est consacrée aux mobilités. L’objectif de ce numéro est de sensibiliser les acteurs de la politique de la ville, des transports et de l’insertion à la prise en compte de la problématique de mobilité dans les quartiers qui est l’un des enjeux de la politique de la ville et l’un des instruments de la cohésion sociale.
En savoir plus sur le site du CR-DSU

Le ministère de la Ville, le SGCIV, l’Acsé et l’Anru publient une nouvelle version enrichie et actualisée du document pour décrypter les enjeux de la réforme de la politique de la ville : La nouvelle étape de la Politique de la ville : les réponses à vos questions. Rédigée sous forme de Foire aux questions, ce document s’adresse à l’ensemble des acteurs qui auront à mettre en œuvre la nouvelle étape de la politique de la ville au plus près des territoires.
Par rapport à la version de septembre 2013 de ce document, l’édition de décembre apporte quelques nouveautés. En particulier, un chapitre dédié à la reconnaissance des habitants des quartiers prioritaires a été ajouté, afin de couvrir l’ensemble des questions liées à la participation citoyenne, à la mémoire, l’histoire et au patrimoine des quartiers prioritaires, ainsi qu’à la prévention et à lutte contre les discriminations liées à l’origine ou au lieu de résidence.
(Source : Club de veille des CRPV)
Accès au document sur i-ville
Circulaire explicative sur i-ville

Le processus de métropolisation et l’urbain de demain. Centre d’études sur les réseaux, les transports, l’urbanisme et les constructions, Plan Urbanisme Construction Architecture. CERTU 2014
Si la périurbanisation est ancienne et correspond à des phases successives de la croissance urbaine, la métropolisation est un phénomène particulier et plus récent, se développant dans le dernier quart du vingtième siècle.
La métropolisation ne doit pas être caractérisée comme un phénomène spatial, mais davantage comme un processus socio-économique. Ce processus fait que les villes s’inscrivent dans le mouvement de globalisation de l’économie, de généralisation des échanges de toutes natures et de transformation des modes de vie concomitamment. Cela ne signifie pas que la métropolisation ne se transcrive pas dans des formes spatiales, mais cela n’en est pas le ressort premier.
Lire la suite et accéder au document numérique sur le site du CERTU
(Source : Club de veille des CRPV)

Marion Carrel, ENS Editions, mai 2013. 276p.

Veut-on vraiment que les habitants des quartiers populaires participent ? Deux analyses s’affrontent, en théorie comme en pratique, sur la participation des habitants aux politiques de la ville. La première pointe les dérives de « l’injonction participative », cette demande unilatérale et méprisante faite aux pauvres de se comporter en citoyens, sans leur donner la possibilité de débattre sur le fonctionnement des institutions. La seconde voit au contraire dans la participation un levier pour leur émancipation sociale et politique et l’amélioration de l’action publique.
(La lettre de l’OZP du 17 mai 2013)
En savoir plus
Accès à l’interview de Marion Carrel sur France Culture

0 382

Bernadette Malgorn, présidente du Conseil d’orientation de l’Observatoire des zones urbaines sensibles (Onzus),  a remis, le 18 décembre, à François Lamy, son 10ème rapport annuel. Ce rapport montre que les difficultés vécues dans les quartiers prioritaires sont toujours aussi fortes. Trois indicateurs résument notamment  cette évolution :
– à niveau de qualification égale, le taux de chômage est deux fois plus élevé en Zus qu’ailleurs ;
– 36% des habitants des Zus vivent en-dessous du seuil de pauvreté soit un taux trois fois plus élevé que dans les autres territoires et c’est un enfant sur 2 qui vit dans une famille pauvre ;
– 11,6% des jeunes de Zus ne sont ni en emploi ni en formation, taux qui atteint 16% pour les jeunes diplômés.
Ces chiffres confirment que la crise est plus dure dans ces quartiers, et qu’il y a bien une fracture territoriale dans notre pays. Ces difficultés sociales ont des conséquences sur la cohésion sociale et le vivre ensemble dans les quartiers : ainsi, 40% des femmes de Zus ne sont pas seulement sans emploi mais se sont retirées de la vie active. Ce rapport démontre également qu’à la concentration des inégalités s’ajoutent d’autres obstacles dans le parcours de vie des habitants des quartiers. Par exemple, plus de la moitié des élèves de seconde issus des Zus sont orientés vers les filières professionnelles ou technologiques contre un élève sur 4 ailleurs, un jeune diplômé sur 7 n’est ni en formation ni en emploi.
(La lettre du secrétariat général à la ville du 19 décembre 2013)
Accès au rapport et à la synthèse

Le 7 octobre dernier, le Secrétariat général à la Ville organisait une rencontre de la Ville autour de la question du développement économique urbain. Retrouvez désormais, sur ville.gouv.fr, l’intégralité des échanges et des interventions en vidéo ainsi que le programme détaillé des tables rondes de la journée.
(La lettre du secrétariat général à la ville du 19 décembre 2013)
Accès aux vidéos

0 351

Montrer la créativité artistique, entrepreneuriale et associative des quartiers pour sortir d’une vision biaisée et partielle du quotidien des banlieues : tel est le projet du site internet « Banlieues Créatives ». Ouvert début décembre 2013, ce projet participatif est aussi un projet d’insertion. Des reportages à leur mise en ligne en passant par la maintenance du site : la production et la réalisation sont assurées par 15 jeunes en insertion qui ont bénéficié de formation et du renfort de professionnels du secteur.
(La lettre du secrétariat général à la ville du 19 décembre 2013)
Accès au site internet

Dans un guide d’une centaine de pages, l’Anru donne une série de conseils pratiques pour assurer le développement économique des quartiers de la rénovation urbaine.
Dix ans de rénovation urbaine commencent à porter leurs fruits. Alors que les quartiers sensibles accumulent les handicaps et voient, dans certains endroits, leurs commerces baisser les stores un à un sur le double effet de l’insécurité et de la concurrence des grandes surfaces, ceux qui ont bénéficié du PNRU relèvent progressivement la tête.
Accès au guide sur le site de l’ANRU

Aller à la barre d’outils