Observation des politiques territoriales

La richesse et la diversité des espaces naturels, la présence et la proximité de pôles d’emploi font du SCOT Sud Gard un territoire attractif, particulièrement pour les familles d’actifs avec enfants. Même en légère baisse, la croissance démographique demeure importante : + 1 % par an entre 2006 et 2011. Bien desservi par les voies de communication, le caractère résidentiel du territoire se développe et avec lui les déplacements domicile-travail. En effet, en s’installant en dehors des grands pôles d’emploi que sont Nîmes, Beaucaire, Vauvert et Saint-Gilles, pôles qui sont aussi les mieux équipés, les ménages allongent non seulement leur déplacement pour aller travailler mais aussi pour accéder aux équipements et services.

Lire la suite sur le site de l’INSEE

Disponible en ligne, le rapport 2014 de l’Observatoire des territoires du Commissariat général à l’égalité des territoires (CGET) dresse le panorama des dynamiques et des disparités territoriales à partir d’études, de données statistiques, de cartographies et d’analyses approfondies.
Remis à Sylvia Pinel, ministre du Logement, de l’Égalité des territoires et de la Ruralité, le 11 mai dernier, ce rapport met en lumière les évolutions de nos territoires, ruraux et urbains, et leur développement économique et démographique. Il relève notamment que :
– l’importance des pôles urbains, où réside 60 % de la population, structurent les disparités territoriales. Ces espaces accueillent, en moyenne, des populations plus jeunes et concentrent la majorité des emplois ;
– sous l’impact de la crise, les inégalités de revenus progressent plus vivement dans des territoires déjà fragiles ;
– mesurer la qualité de vie d’un territoire implique la prise en compte simultanée des caractéristiques socio-économiques de la population et des cadres de vie offerts par les territoires.

Les zonages d’étude de l’Insee : Une histoire des zonages supra communaux définis à des fins statistiques
INSEE Méthodes n°129 mars 2015

Document élaboré principalement à partir d’extraits et de synthèses de travaux et publications sur les zonages d’étude de l’Insee. Concerne les unités urbaines, les espaces à faible et forte densité, les zones d’emploi, les bassins de vie. Il y est aussi question de l’outil de construction des zonages : ANABEL
Accès au document sur le site de l’INSEE

Créer et animer un observatoire local – Comprendre la démarche, connaître la méthode. Jean Bernard Chebroux. Territorial éditions, 2015. 104 p.
Un observatoire local peut être défini comme un dispositif-outil transinstitutionnel d’analyse et d’information régulières sur des territoires de tailles diverses. Porté par des acteurs multiples (responsables et professionnels techniques et administratifs), il vise à alimenter leurs connaissances et leurs choix décisionnels ainsi qu’à contribuer au développement de leur coopération. Après un rappel historique, l’ouvrage propose un référentiel théorique et méthodologique couvrant plusieurs questions : à quoi sert l’observation locale et quel sens lui donner ? Quelles en sont les conditions et les modalités de mise en œuvre les plus efficaces ? Comment susciter l’intérêt des partenaires, favoriser leur participation et produire des connaissances utiles aux acteurs locaux ? Intégrant de nouvelles études et réflexions réalisées au tournant des années 2010, le livre renforce son contenu original associant des éléments de compréhension et de qualification nécessaires pour mettre en œuvre un dispositif d’observation territoriale. Ce guide s’adresse aux élus, responsables et professionnels de structures locales variées, ainsi qu’aux citoyens habitants, usagers et militants souhaitant développer et participer à un dispositif d’information. Il peut s’appliquer à tous les champs spécialisés ou intersectoriels, à tout type de territoire concerné par des projets ou des procédures d’intervention ayant changé ou en cours de modification. Son caractère didactique le destine aussi aux enseignants-chercheurs, aux consultants et aux étudiants intéressés par l’analyse, la gestion et le développement des territoires. Accès au site de l’éditeur

Le décret portant création de l’Observatoire national de la Politique de la ville (ONPV) et adaptation des missions et du fonctionnement du Conseil national des villes (CNV) et du comité interministériel des villes (CIV) a été publié au Journal officiel du 29 janvier 2015.
Prévue dans la loi de programmation pour la Ville et la cohésion urbaine de février 2014, l’Observatoire national de la politique de la ville (ONPV) se substitue à l’Observatoire national des zones urbaines sensibles (Onzus) et qui intègre désormais le Comité d’évaluation et de suivi de l’Agence nationale pour la Rénovation urbaine.
(La lettre d’information de la politique de la ville du 22 janvier 2015)
En savoir plus

Dans une livraison récente d’Insee Première, l’Institut propose une approche de la qualité de vie dans les territoires (Insee Première n°159 d’octobre 2014). Pour cela, les auteurs de l’étude ont sélectionné une trentaine d’indicateurs de bien-être : accessibilité à certains équipements, niveau d’études, disparité hommes/femmes, emploi, salaires, environnement, logement, transports…

Les indicateurs ont été choisi pour leur pertinence au regard de l’étude, mais aussi pour leur disponibilité à des niveaux géographiques suffisamment fins. Le niveau géographique retenu dans l’étude est un découpage spécifique en territoires de vie. Il s’appuie sur le découpage en bassins de vie, organisés autour de pôles de services. Pour obtenir les territoires de vie, certains bassins ont été redécoupés, pour mieux tenir compte de disparités internes, en particulier dans les zones périurbaines. Il y a au total 2 677 territoires de vie.

Le principal résultat de cette étude est la construction d’une typologie territoriale, permettant de distinguer des territoires plutôt favorisés économiquement, généralement sous l’influence de villes, de territoires plus isolés ou de territoires en situation économique plus précaire. La typologie distingue 8 catégories de territoires.

Version imprimable d’Insee Première n°159 d’octobre 2014

Le CGET met à disposition deux jeux de données construits à partir du zonage statistique de l’Insee – l’IRIS :
– des données démographiques et sociales systématiquement sexuées
– des données complémentaires permettant de dégager les grandes problématiques qui concernent le quartier.
Lien vers la page dédiée sur le site du CGET
Il est recommandé de bien lire la note méthodologique relative à ces données sur la page d’accueil.
En ligne pour le Languedoc-Roussillon :

Lire l’article de La Gazette des communes

S = 0,6 × ([0,7 × RMUC-nat) + (0,3 × RMUC-UU]). C’est la formule permettant de calculer le seuil de revenu médian par unité de consommation pour les unités urbaines de moins de 5 millions d’habitants.
Le décret relatif à la liste nationale des quartiers prioritaires de la politique de la ville et à ses modalités particulières de détermination dans les départements métropolitains est paru le 3 juillet 2014.
Il détermine la méthode de délimitation des contours des quartiers prioritaires de la politique de la ville, tels que caractérisés dans la loi du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine et entrant en vigueur au 1er janvier 2015. A ce titre, il définit les notions de « quartier », de « territoire urbain » ainsi que celle de « critère de revenu des habitants ».

En savoir plus sur le site du ministère

Les lois de décentralisation ont transféré une partie de l’action sociale au niveau local, sans transmettre les outils de connaissance de la société. En dépit de la multiplication des données transmises par le niveau national, les acteurs locaux ont souvent de grandes difficultés à fournir une information organisée et suivie. De l’école à la justice, en passant par le surendettement, bien des informations manquent encore. Les systèmes d’information et de diffusion des statistiques demeurent difficiles à exploiter par les acteurs locaux.
Lire la suite de l’article d’Hervé Guéry

(La lettre d’information de Laurent Mucchielli du 26 mai 2014)

Aller à la barre d’outils