Languedoc Roussillon

Retour sur la réunion du comité de pilotage national des Maisons de services au public et sur le séminaire des référents préfectoraux, chargés de l’accessibilité aux services.

Pour améliorer l’offre territoriale, le dispositif des maisons de services au public est à mettre en cohérence avec le schéma départemental d’amélioration de l’accessibilité des services au public, en tenant compte des spécifiés de chaque territoire.
Ce schéma, qui doit être arrêté avant le 31 décembre 2017, définit un programme d’actions, pour renforcer l’offre de services dans les zones présentant un déficit d’accessibilité. Il comprend un plan de développement de la mutualisation des services sur l’ensemble du territoire départemental, pour une durée de six ans.

Chargés de les mettre en place, 100 référents préfectoraux étaient réunis au CGET, le 12 décembre dernier. Ils ont pu échanger leurs expériences au cours d’ateliers et tirer les enseignements de celle de l’Aude (qui compte 14 Maisons de services au public). C’est le premier département à avoir mis en place son schéma, il y a un an.
En savoir plus sur le site du CGET

Mercredi 5 octobre 2016, dans le cadre de la rencontre territoriale des conseils citoyens, Didier Lauga, préfet du Gard, a accueilli à Saint-Gilles, au château d’Espeyran, Hélène Geoffroy, secrétaire d’État auprès de ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports, chargée de la Ville.
Dans la matinée, 80 conseillers citoyens, exerçant leurs missions dans les 13 quartiers prioritaires du département, ont participé à des ateliers sur les thèmes au centre de leur quotidien, à savoir, le cadre de vie, la réussite éducative, l’emploi et la participation citoyenne.

Lire la suite et accès au compte rendu sur le site de la préfecture du Gard

Protéger, mettre en valeur et dynamiser le patrimoine historique, le cadre bâti, les activités économiques et l’espace public d’un centre ancien : exemple de l’opération Montpellier GrandCœur.

L’opération Montpellier GrandCœur, lancée en 2002 et toujours en cours, lie les problématiques de l’habitat, du commerce, de la mixité sociale et de l’amélioration du cadre de vie, et permet à la Ville de Montpellier de mettre en œuvre une politique de renouvellement urbain sur un périmètre cohérent, constitué de l’Ecusson et des faubourgs périphériques, caractérisés par la forte présence d’habitat ancien et donc de logements et bâtis dégradés, à travers la mise en place de divers outils ou procédures d’aménagement.
Cette opération a également permis des interventions dans les secteurs de faubourgs particulièrement touchés par la vacance de locaux commerciaux et par une spécialisation de l’offre engendrant une perte de diversité commerciale. Des difficultés accentuées par la présence d’un centre commercial majeur en plein centre-ville, nécessitant pour les autres commerces de l’hyper centre de développer une offre différenciante.
Bilan
Ce dispositif, alliant mesures incitatives et coercitives (OPAH, PRI-DUP, Incitations aux propriétaires…), s’est avéré être un outil adapté et particulièrement efficace. Il a notamment permis, lors de l’OPAH RUCD de Gambetta-Figuerolles/Nord- Ecusson menée entre août 2010 et août 2015, la réhabilitation de 88 logements dont 38 logements occupés par leurs propriétaires, la remise sur le marché de 38 logements vacants, le conventionnement à loyer maîtrisé de 50 logements et la réhabilitation de 26 copropriétés dégradées ou insalubres et 52 parties communes d’immeubles. L’Opération Montpellier GrandCœur porte au total sur la réalisation (construction ou rénovation) de 1 600 logements, dont 500 logements sociaux.
La SERM (Concession GrandCœur) a acquis 113 locaux commerciaux ou artisanaux représentant 11 982 m² depuis la mise en place de la concession. 45 ont déjà été revendus soit 4 588 m².
La SAAM (Concession Nouveau GrandCœur) a acquis depuis la mise en place de la concession 7 locaux commerciaux ou artisanaux représentant 542 m².
Objectif du Nouveau GrandCœur : acquérir 3 200 m² de locaux commerciaux sur des axes stratégiques (+/- 40 locaux).

Accès à la fiche de bonne pratique sur le site de CapVille (21 septembre 2016)

Atlas académique des risques sociaux d’échec scolaire : l’exemple du décrochage. Gérard Boudesseul, Patrice Caro, Yvette Grelet, Céline Vivent. Ministère de l’éducation nationale, CEREQ, Université de CAEN, ESO de Caen.  septembre 2016. 160 p.

La première parution de l’Atlas ayant donné lieu à de nombreux échanges dans les différentes académies et régions, cette nouvelle édition, actualisée essentiellement à l’appui du recensement de 2011, fournit quelques indications quant aux effets de la crise économique et sociale survenue à partir de 2008. Elle est aussi enrichie par des données nouvelles et inédites sur les départements d’outre-mer. Pour la France métropolitaine comme pour les DOM a été conservé le découpage fin à l’échelle cantonale antérieure à la réforme de 2013 qui les a réduits de moitié. La présentation reste une succession de fiches académiques, ne tenant pas  compte de la fusion de certaines régions. Celles-ci sont disponibles sur demande.

Quitter le système éducatif sans diplôme, c’est aujourd’hui être grandement exposé au chômage et au sous-emploi en début de vie active, et, avec la crise, bien au-delà de la période d’insertion. En privilégiant une approche territoriale, cet Atlas apporte un éclairage original sur le risque de décrochage scolaire, que l’on sait très inégal selon le milieu d’origine et les conditions de vie. Ainsi, l’ouvrage décrit finement la situation de chaque académie d’un double point de vue : il analyse et cartographie, à l’échelon cantonal, les facteurs plus ou moins propices à la réussite scolaire et la difficulté scolaire qui peut conduire à l’abandon précoce des études.
En savoir plus et accès à l’Atlas en totalité ou par académie sur le site du ministère
Dans l’Académie de Montpellier (pp. 61-65), En première approche, le type le plus visible est le « milieu rural isolé, de tourisme saisonnier et d’économie présentielle » qui représente 42 % des cantons mais seulement 16 % de la population, compte tenu de la faible densité démographique.
La part des jeunes non diplômés parmi les 15-24 ans non scolarisés (27,9 %) y dépasse la moyenne nationale (25,4 %). Mais les risques sont plus étendus dans le type « précarité économique plutôt dans des communes de taille moyenne » qui concerne un canton sur trois et un habitant sur deux ainsi que dans le type « cumul de fragilités économique, familiale, culturelle en milieu urbain », beaucoup plus concentré, puisque moins d’un canton sur dix abrite 23 % de la population. Cette double caractéristique, de risques étendus pour une partie de l’académie et concentrés pour une autre, explique que la part des jeunes non diplômés parmi les 15-24 ans non scolarisés soit significative (30,3 %), du même ordre que dans les académies d’Amiens
et de Créteil.
Sur le site du CEREQ

Regards sur nos quartiers. Laurent Marinot. Arkéa. Mai 2016. 182 p.
Quels sont les facteurs de réussite d’une opération de rénovation urbaine ? Comment favoriser la participation des habitants à l’élaboration de leur projet de ville et de vie ? Comment développer la mixité sociale et offrir un cadre de vie meilleur aux populations ? Comment développer l’activité économique dans des quartiers ? Autant de questions abordées dans ce recueil de témoignages et d’expériences, publié par ARKEA banque entreprises et institutionnels.
Regards sur nos quartiers donne la parole à ceux qui construisent la ville de demain :  16 acteurs donnent leur vision.
Extrait du témoignage de Dominique Guérin, Directeur Général de FDI Groupe sur le quartier du Petit Bard.
FDi  Groupe  consacre  un  tiers  de  ses  résultats  à  des  actions  de  mission  sociales  engagées  dans  les  politiques  locales  de  l’habitat  aux  côtés  des  collectivités. il  a  piloté  ainsi  le  déploiement  de  financements  spécifiques  et  un  accompagnement  social  sur  mesure  pour  le  quartier  du  Petit  Bard,  à  Montpellier. une  opération  emblématique par son approche humaine et innovante. explications…
« Au petit Bard, le plus important a sans doute été de redonner confiance aux habitants »…

Lire la suite dans le document (p.52)

Le 11 septembre 2015 se tenait, à Montpellier, la journée d’animation régionale : « Cap sur des modèles économiques inspirants : Exemples d’entreprises innovantes au service des quartiers en politique de la ville ». Organisée par Villes et Territoires, soutenue par la Caisse des dépôts et animée par MUSE D.Territoires, elle a rassemblé plus de 40 structures et types d’acteurs en Languedoc-Roussillon.

« Il faut accompagner les porteurs de projets« :  Interview de Yamina Mamou élue municipale, Déléguée à la politique de la ville de Carcassonne.
Accès à la vidéo

ThierryDusautoir« Municipalité et conseil citoyen : réunir tous les acteurs mobilisés pour les créateurs d’entreprise et les parrainer au delà de la création« . Interview de Thierry Dusautoir, chef d’entreprise et membre du conseil citoyen de Pont Saint Esprit.
Accès à la vidéo

 

« Justice pour le Petit Bard », documentaire de 52 minutes réalisé par Carole Chabert. Une production Inthemood avec la participation de France Télévisions.
« Dans le quartier du Petit Bard à Montpellier, malgré une réhabilitation urbaine de grande ampleur, les problèmes sociaux explosent. Pourtant depuis dix ans, ce quartier résiste. Hamza, Khalid, Aymeric, Chloé et une poignée d’habitants, ne se fiant plus aux partis politiques, construisent une alternative à travers un combat citoyen autonome. dans le petit local de l’association Justice pour le Petit Bard, les générations se forment, s’entraident et se prépare à faire valoir leurs droits. Leur seule arme : la parole. Pas pour demander la lune : juste une vie normale, un logement décent, une bonne éducation, un emploi… « .

Accès à France 3
Accès à l’article de Midi Libre, Montpellier : justice pour le Petit-Bard dans le prétoire télévisuel 6 octobre 2015
Accès à « Justice pour le Petit Bard »

Réuni le 5 mai 2015 à Marseille, le jury de « FILME-TON QUARTIER !», composé de 11 membres, professionnels de l’audiovisuel et des médias, et présidé par Michel Royer, a sélectionné les dix documentaires courts, lauréats 2015. Sur les 10 lauréats, 2 sont du Languedoc Roussillon :
– Rachid Najid pour Petit Bard
– Alexia Sauvageon pour Pas de quartier !

Les 10 films lauréats feront tous l’objet d’un documentaire de 52 minutes réalisé par Hind Meddeb diffusé sur France 3 dans Docs Interdits le 22 juin autour de 23h00.

Accéder aux films sur le site France 3.fr

DUKIC Suzana. Ed. Trabucaire, Septembre 2014. 176 p.

L’immigration en Languedoc Roussillon est un ouvrage de synthèse qui retrace l’histoire de centaines de milliers d’immigrants, hommes et femmes, qui se sont succédés de façon temporaire ou définitive dans la région Languedoc-Roussillon sur plus de deux siècles.

En matière d’immigration, la région Languedoc-Roussillon présente un certain nombre de singularités : alors qu’au niveau national, le recours à la main-d’œuvre étrangère est calqué sur les rythmes de la production industrielle, l’immigration en Languedoc-Roussillon est liée au travail de la terre en général, et de la vigne en particulier. La région constitue un des pôles nationaux de l’immigration au XXe siècle, en particulier durant l’entre-deux-guerres. Elle se singularise, enfin, par la prépondérance de l’immigration outre-pyrénéenne durant près de 150 ans, et, plus récemment, par le poids de l’immigration marocaine.
En savoir plus sur le site de l’éditeur

Points de repère sur la place de l’IAE dans les politiques régionales. Exemples d’initiatives développées par les Régions.
AVISE, Mai 2014, 26 p.

Fin 2012, l’Association des Régions de France (ARF) et le Conseil National de l’Insertion par l’Activité Economique (CNIAE) ont souhaité réaliser, avec l’appui technique de l’Avise, une étude portant sur les initiatives mises en œuvre par les Conseils régionaux en soutien à l’insertion par l’activité économique (IAE).
Les Régions sont en effet des acteurs incontournables pour le secteur, étant donné leurs compétences en matière de développement économique et de formation professionnelle. Elles font preuve d’inventivité et d’innovation pour favoriser l’émergence, la création et la consolidation des structures de l’IAE tout en s’adaptant aux spécificités de leur territoire.
Soutien au développement de l’emploi, à la professionnalisation, à la consolidation économique : les modes d’intervention sont variés. Cette étude ne prétend pas traduire la réalité exhaustive des démarches mises en œuvre, mais vise à identifier, valoriser et favoriser l’essaimage des pratiques et des organisations pertinentes développées par les Conseils régionaux.
La région Languedoc Roussillon est citée pour le dispositif REPLIC – Dispositif d’aide à l’émergence.

Accès à l’étude
(La veille Atout Métiers LR 27 mai 2014)

Aller à la barre d’outils