Languedoc Roussillon

La Chambre régionale de l’économie sociale et solidaire (CRESS) Occitanie vient de publier une note de conjoncture sur l’économie sociale et solidaire à Montpellier et dans sa métropole : retour sur 10 ans d’évolution, 2007-2016…

Un territoire dynamisé par l’économie sociale et solidaire
Montpellier Méditerranée Métropole est relativement atypique en matière de dynamique économique, car celle-ci repose largement sur l’économie publique et l’économie sociale et solidaire (ESS) : ces deux champs économiques occupent une part de l’emploi qui compte parmi les plus importantes au sein des métropoles françaises.
L’ESS y est donc très investie, et ceci de plus en plus fortement depuis 10 ans. Elle est à l’origine de la création de plus de 1 800 emplois sur le territoire, soit une progression de près de 10% sur la période 2007-2016, contre +8,6% dans le reste de l’économie privée.
L’ESS « montpelliéraine » représente 11% des effectifs régionaux de l’ESS, alors qu’elle pèse pour 16% dans les emplois de l’ESS créés durant cette période : c’est dire sa vitalité et son rôle moteur en Occitanie. Cette vitalité s’exprime également à travers un taux de création d’entreprises nettement plus élevé qu’ailleurs (+14% d’établissements en 10 ans).

Quelles formes juridiques des entreprises ?
Si aucune composante juridique de l’ESS ne fait exception en matière de croissance de l’emploi, on observe une progression particulièrement remarquable au sein des mutuelles ainsi que des fondations, qui ne sont pas, structurellement, les plus gros employeurs de l’ESS.
L’emploi associatif, lui, progresse lentement, et l’emploi coopératif un peu plus rapidement, mais surtout sur la deuxième partie de la période grâce à la bonne dynamique des Scop et des Scic (2013-2016).

Quels secteurs d’activité ?
Parmi les trois principaux secteurs d’activité de l’ESS, l’enseignement-formation et les activités financières et d’assurance progressent significativement sur la période.
En revanche, l’action sociale, secteur dit « porteur » pour l’emploi au regard du renforcement des besoins sociaux (dépendance, précarité…), connaît une évolution annuelle moyenne inférieure à +1%, ce qui interpelle, notamment au regard du taux enregistré pour le reste de l’économie privée dans ce secteur (+13,9%).
Il est intéressant de noter de fortes progressions de l’emploi – supérieures au privé hors ESS – dans des secteurs qui sont de « petits » employeurs pour l’ESS (commerce, industrie-construction, information-communication). On retiendra également de la conjoncture de l’ESS sur 10 ans une diminution préoccupante des effectifs salariés dans la culture et dans le soutien aux entreprises.

Quelles perspectives ?
Les évolutions à venir sur les années 2018 et 2019 seront à surveiller de près.
D’un côté, les dirigeants des entreprises de l’ESS, en particulier les dirigeants associatifs, sont très préoccupés par les annonces de suppression d’une grande partie des contrats aidés.
De l’autre, l’annonce d’un acte II de la Loi ESS, qui mettra en place un pacte de consolidation et de croissance (« social business act »), et un accélérateur d’innovation sociale pour accompagner le développement des entreprises de l’ESS, crée des attentes pour trouver des leviers économiques, pour consolider et développer l’emploi.
Télécharger la note de conjoncture sur l’économie sociale et solidaire : retour sur 10 ans d’évolution 2007-2016 :
à l’échelle de Montpellier Méditerranée Métropole ;
à l’échelle de l’Occitanie et de ses 13 départements.

Un ouvrage rassemblant des témoignages d’habitants de ces quartiers vient d’être publié.

Ce recueil sur l’histoire et la mémoire des quartiers alésiens de Rochebelle, Rocher Blanc, Cauvel et La Royale réalisé par l’association Mille et une mémoires rassemble une cinquantaine de témoignages d’habitants. Le Conseil citoyen rive droite d’Alès est à l’origine du projet.

François Coste est allé cueillir la parole des habitants des quartiers, fouiller dans la mémoire des plus anciens, écouter les préoccupations d’aujourd’hui et les envies de demain. Le résultat de cette enquête, un beau livre de plus de 131 pages avec son DVD.

En savoir plus sur le site d’Objectif Gard

 

Dans le cadre d’un partenariat Insee / DRJSCS sur les quartiers politique de la ville de la région Occitanie, des fiches « diagnostic » ont été produites dans l’attente d’un outil développé au niveau national par le CGET et l’Insee (démarche nationale d’outillage pour le suivi des contrats de ville, disponibilité fin d’année 2017).
Le SGAR Occitanie est associé à la démarche.

Six thématiques sont déclinées pour chaque quartier :
– démographie et logement,
– éducation,
– insertion professionnelle,
– revenus,
– précarité,
– tissu économique.
Les fiches sont regroupées par EPCI. Elles contiennent les dernières données disponibles pour chaque source, ainsi que des graphiques. Chaque quartier peut être comparé à son EPCI d’appartenance. Vous retrouverez toutes les informations sur les sources dans la note méthodologique proposée en téléchargement.
Un dossier d’étude est en cours. Il contiendra :
– un portait global et synthétique des quartiers prioritaires de la région dans un contexte national,
– une typologie des quartiers prioritaires de la région,
– une analyse de chaque quartier prioritaire dans son unité urbaine englobante.

Accès aux données par département sur le site de la DRJSCS

Avec le soutien des services de l’Etat et des acteurs locaux, la CRESS Occitanie réalise des guides territorialisés « Entreprendre en Economie Sociale et Solidaire » . Il s’agit de donner envie aux porteurs de projets potentiels de s’engager et ainsi de devenir acteur du développement économique de leur territoire.

D’une part en décryptant les principes et valeurs présents dans une entreprise de l’ESS et les principaux statuts juridiques reconnues dans la loi.
D’autre part en présentant les principaux réseaux, ambassadeurs de l’ESS sur les territoires : les réseaux des grandes familles de l’ESS, les structures d’accompagnements, les dispositifs de financements.
Enfin l’objectif est aussi de valoriser les entreprises locales de l’ESS.
Quelques fiches présentant des entreprises, leurs contributions au développement du territoire, leurs étapes de construction et leurs perspectives de développement.

Accès aux deux manuels « entreprendre en économie sociale et solidaire »  réalisés sur 2 territoires :
– Alès Agglomération
– Lodève

Les premiers Projets Régionaux de Santé des ex régions Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées arriveront à leur terme fin 2017.

Au 1er janvier 2018, le « PRS2 » prendra la relève à l’échelle de l’Occitanie.

Le cadre rénové du PRS2
Le nouveau cadre réglementaire, issu de la Loi de Modernisation du Système de Santé du 26 janvier 2016, définit les 3 composantes du PRS :

Le cadre d’orientation stratégique (COS) : il détermine les objectifs stratégiques de l’ARS et les résultats attendus à 10 ans, en lien avec la stratégie nationale de santé, pour améliorer l’état de santé de la population et lutter contre les inégalités sociales et territoriales de santé dans la région.
Le schéma régional de santé (SRS) : il est établi pour 5 ans, sur la base d’une évaluation des besoins et de l’offre de santé. Il détermine des prévisions d’évolution et des objectifs opérationnels, déclinant les objectifs stratégiques du COS, pour l’ensemble de l’offre de soins et de services de santé. Y compris en matière de prévention, de promotion de la santé et d’accompagnement médico-social.
Le Programme régional d’accès à la prévention et aux soins des personnes les plus démunies (PRAPS) : il a pour objet de faciliter l’accès et l’égalité au système de santé dans sa globalité et d’améliorer le parcours des personnes les plus démunies. Ce programme s’appuie sur des dispositifs spécifiques, tout en visant l’accès et l’accompagnement des personnes concernées vers le droit commun.
Lire la suite sur le site de l’ARS

C’est l’histoire d’une rencontre. Celle d’un journaliste et d’un photographe qui ont décidé de croiser leurs regards, leur sensibilité propre. Sebastien Deslandes et Hervé Lequeux ont engagé un projet au long cours, afin de  « dépasser les stéréotypes » des banlieues.
« Plus que du photojournalisme, c’est une démarche documentaire : la rencontre et l’intervention, le choix des thématiques, le temps passé avec les gens… »
Accès à l’interview des deux auteurs de cette exposition sur France 3 Occitanie.

« En quelques lignes… » N°5 – Avril 2017 : la politique de la ville en région Occitanie.

Ce document fait le point sur la réforme et les caractéristiques des 105 quartiers prioritaires de la région, les communes en rénovation urbaine et le budget consacré à la politique de la ville en 2016 en Occitanie.

Disponible en pdf ou en version animée sur le site de la DRJSCS.

Kaina.tv, en partenariat avec les collectifs AC LE FEU et Pas Sans Nous, organisait son événement annuel autour des luttes contre les discriminations. Cette nouvelle édition était placée sous le signe de la diversité.
«C’est pas normal qu’on se remette à parler de cette question de diversité, dixit Mohamed Mechmache, fondateur en 2005 du collectif AC LE Feu. On en est encore là quarante ans après ». Mohamed a donné le ton de la conférence. «Il y a un vrai déni de la part des responsables politiques », avance-t-il encore. «Il faut que la population devienne acteur de leur vie, qu’elle agisse pour ne plus subir ». Le débat tourne vite autour des logements, des combats pour la mixité dans les écoles à l’instar de celui du collectif des mères du Petit Bard, il y a deux ans.
« L’une des prises sur la réalité politique c’est d’aller voter » insiste une participante au débat. «Ce qu’il faudrait lutter en premier c’est le manque d’information. Et vraiment pousser les institutions à donner la possibilité aux habitants de quartiers à aller chercher ces informations et les pousser à dire ce qu’ils en ont envie. Le vivre-ensemble c’est pas que pour les quartiers. C’est tout le monde » indique  Amina Khemiri du collectif « Pas Sans Nous ». La journée s’est poursuivie par avec les prestations d’artistes locaux .
Accès à la vidéo

Publiés au Journal officiel du 7 mai et entrés en vigueur le 8, les deux décrets relatifs à la création des établissements publics fonciers (EPF) d’Occitanie et de Nouvelle Aquitaine modifient les statuts des anciens EPF de Poitou-Charentes et de Languedoc-Roussillon en élargissant leurs périmètres de compétence aux territoires des régions Nouvelle-Aquitaine et Occitanie jusqu’ici non couverts par un EPF et en modifiant la composition de leurs conseils d’administration en conséquence.

L’EPF d’Occitanie, dont le siège va se situer à Montpellier, englobe l’ensemble de l’ancienne région Midi-Pyrénées, en plus du territoire couvert par l’ancien EPF de Languedoc-Roussillon, à l’exception de 119 communes couvertes par des EPF locaux telles que Toulouse, Castres ou Montauban.

Lire la suite sur le site de Localtis

Présentation de grands profils de territoires dans lesquels différentes problématiques foncières se posent

Le ministère de l’Education nationale a organisé, le 13 décembre, une journée intitulée « Agir pour une mixité sociale et scolaire au collège : retours d’expériences et projets des territoires pilotes« . Un an après le lancement de la démarche, il est encore bien trop tôt pour juger de son efficacité.
Alors que le ministère espérait une vingtaine de territoires pilotes à la rentrée scolaire 2016, « nous avons, à l’heure actuelle, 46 départements et 84 communes, de droite comme de gauche, engagés à nos côtés », se félicite la ministre aujourd’hui.
Sur les six retours d’expériences lancées à la rentrée 2016 et présentés dans le dossier de presse, quatre portent sur la création d’un secteur multi-collèges.
…/…
Le collège Las Cazes mise sur l’offre de formation
Pour freiner l’évitement du collège Las Cazes de Montpellier (renommé Simone Veil à la rentrée 2016), qui accueille moins de 400 élèves pour une capacité de 800, l’action a porté sur l’offre de formation : tablettes pour tous les élèves de 5e, partenariat avec des clubs sportifs professionnels avec perspective d’entrer dans une classe sportive du lycée Mermoz, création d’une section internationale anglo-américaine avec perspective d’entrer à la section anglo-américaine du lycée Jules Guesde, création d’une section d’enseignement en arts de la scène et du spectacle, mise en place de parcours d’excellence… Le collège a vu pour la première fois depuis des années, le nombre d’élèves scolarisés augmenter à la rentrée 2016 et a reçu 21 demandes de dérogation « entrantes ».
(Localtis 2 janvier 2017)

Lire la totalité de l’article

En savoir plus sur le site du Ministère

Accès au rapport
(Collège Las Cazes p. 17)

Aller à la barre d’outils