Emploi

Le repérage des publics dits « invisibles » est un enjeu décisif du plan d’investissement dans les compétences (PIC), qui vise à former et accompagner vers l’emploi un million de jeunes et un million de demandeurs d’emploi peu qualifiés. En Occitanie, plus de 200 000 jeunes de 16 à 29 ans ne sont ni en emploi, ni à l’école, ni en formation.

Pour prévenir l’éloignement durable de certains actifs du marché du travail et le risque de précarisation croissante de ces publics, il est nécessaire de développer les démarches permettant d’ « aller vers » les publics non accompagnés pour leur permettre d’accéder à un accompagnement socio-professionnel, à une formation ou à un droit.

Beaucoup reste à faire, pour intensifier l’effort, renouveler les modes d’action et capitaliser sur les expériences les plus probantes en vue de les essaimer sur l’ensemble du territoire.

C’est là le sens de l’appel à projets « repérer et mobiliser les publics invisibles et en priorité les plus jeunes d’entre eux » qui s’inscrit dans une dynamique de travail partenariale et s’adresse à l’ensemble des acteurs de l’insertion professionnelle, de l’accueil ou de l’accompagnement et de la formation des personnes en difficulté.

Il vise prioritairement les jeunes ayant entre 16 et 29 ans révolus dits « invisibles », habitant les quartiers de la politique de la ville et les territoires ruraux les plus en difficulté, et ceux qui sont en situation de handicap.
L’engagement du Pacte régional d’investissement dans les compétences en Occitanie et le lancement du plan #1jeune1solution offrent un contexte favorable pour déployer des actions nouvelles de repérage et de remobilisation des publics.

Date limite : 23 juin 2021

En savoir plus sur le site de la DREETS Occitanie

Cette nouvelle vague, dotée de 50 millions d’euros, va permettre d’expérimenter ou de démultiplier des approches innovantes dans l’objectif de remobiliser et d’accompagner les demandeurs d’emploi vulnérables, de longue durée, peu ou pas qualifiés, les femmes en difficultés, les jeunes et les personnes en situation d’illettrisme et parfois aussi d’illectronisme.

En savoir plus

Les collectivités et les partenaires du contrat de ville ont à leur disposition de nouveaux leviers pour agir sur l’emploi dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville. En novembre et décembre 2020, Villes et Territoires Occitanie a animé 3 groupes d’échanges régionaux en visioconférence sur ce thème, afin de faire connaitre certains de ces nouveaux leviers :

  • Emplois générés par le développement durable : circuits courts, recyclage… et le levier majeur que représente une politique volontaire d’achats responsables;
  • Emplois d’insertion par l’activité économique à un moment où l’IAE connait un développement renforcé au travers du Pacte Ambition;
  • Meilleure articulation des acteurs du territoire pour un parcours vers l’emploi renforcé avec l’expérimentation des Cités de l’emploi initiée par l’Etat.

Ces séminaires, organisés sous format visioconférence de 1h30, ont réuni 132 participants : agents des collectivités, de l’Etat, et de structures de l’économie sociale et solidaire.

Lire le document de capitalisation de ce cycle

15 appels à projets ont été publiés ou le seront en ce début d’année 2021 qui permettront de soutenir le développement de l’économie sociale et solidaire (ESS) dans tous nos territoires.

Le premier a été lancé fin novembre par le ministre des Solidarités et de la Santé, pour soutenir les projets structurants des associations de lutte contre la pauvreté. Ces appels à projets incarnent le soutien à la cohésion sociale et aux territoires, priorités du plan France Relance. Ils financeront des actions au service de l’hébergement d’urgence, du développement des tiers-lieux, de l’essor d’une alimentation durable, locale et solidaire ou encore des filières du réemploi et du recyclage. Les structures de l’ESS évoluant dans les secteurs du sport, de la culture, du tourisme durable ou de l’industrie seront bénéficiaires. Enfin, l’emploi des jeunes dans le monde associatif sera soutenu dans le cadre du plan #1jeune1solution.

Les appels à projets ouverts à candidature :

  • Le soutien aux associations de lutte contre la pauvreté
  • Le soutien aux tiers-lieux « Fabriques de territoire »
  • Le fonds Avenir bio
  • Le soutien territorial Soutien à l’investissement et la modernisation de l’industrie 

Les appels à projets à venir :

  • Le soutien aux projets alimentaires territoriaux (PAT)
  • Le développement des jardins partagés
  • Le fonds de soutien à l’émergence de projets dans le tourisme durable
  • Le fonds d’investissement dans le réemploi et le recyclage
  • L’opération « paniers fraîcheur »
  • Les quartiers culturels créatifs (tiers-lieux)
  • Le soutien à la création artistique
  • Le soutien à la transformation numérique du sport

En savoir plus pour candidater :

France Relance : les premiers appels à projets au bénéfice de l’économie sociale et solidaire – 01/12/2020

Avec le vote de l’Assemblée nationale le 30 novembre 2020, la proposition de loi relative au renforcement de l’inclusion dans l’emploi par l’activité économique et à l’expérimentation «territoires zéro chômeur de longue durée» a été définitivement adoptée par le Parlement ouvrant la voie à la promulgation du texte.

Parmi les mesure phares, ce texte permettra à 50 territoires supplémentaires d’intégrer l’expérimentation « Territoires zéro chômeurs de longue durée ». Lorsque le nombre maximal de territoires sera atteint, l’expérimentation sera ouverte à des territoires supplémentaires par décret en Conseil d’État. Les territoires seront sélectionnés par arrêté du ministre chargé de l’Emploi, sur proposition du fonds d’expérimentation territoire contre le chômage de longue durée institué par la loi. Ils devront respecter un cahier des charges fixé par arrêté. Selon un rapport du Sénat, « l’habilitation de nouveaux territoires ne devrait intervenir qu’à compter du second semestre 2021 ».

Autre volet majeur du texte, il favorise un développement plus rapide de l’insertion par l’activité économique que le gouvernement a décidé de soutenir davantage au travers d’un plan de soutien de 300 millions d’euros. Pour rappel, celui-ci doit aboutir en 2021 à la création de 30.000 emplois supplémentaires dans l’IAE d’ici à 2022, s’ajoutant à l’objectif des 240.000 postes dans l’insertion par l’activité économique défini en début de quinquennat.

En savoir plus sur le site de Localtis

En savoir plus sur « Territoires Zéro Chômeur de Longue Durée »

Villes et Territoires Occitanie organise un cycle de 3 webinaires : IAE, Achats responsables et Cité de l’emploi.

Le 17 novembre 10h-11h30 : Achats Responsables au service du quartier prioritaire – zoom sur le volet environnemental– Eléments de cadrage méthodologique et sécurisation juridique.
Lien d’inscriptions : https://framaforms.org/politique-dachats-responsables-clauses-environnementales-et-documents-de-cadrage-17-novembre-10h

Le 26 novembre – 10h-11h30 : Insertion par l’Activité Economique (IAE) et Quartiers prioritaires – Actualités : Contexte renouvelé – Présentation des acteurs – Marge de manœuvre des collectivités pour favoriser l’IAE sur leur territoire.
Lien d’inscription : https://framaforms.org/le-26-novembre-10h-11h30-insertion-par-lactivite-economique-iae-et-territoiresquartiers-actualites

Le 8 décembre 10h-11h30 : Cités de l’Emploi : Quèsaco ? – Présentation du nouveau dispositif par l’ANCT – Témoignages régionaux : Cité de l’Emploi de Tarbes et du Grand Narbonne.
Lien d’inscription :https://framaforms.org/cite-de-lemploi-quesaco-8-decembre-2020-10h-11h30-1602771200

Programme complet de ce cycle de webinaires

La période de confinement liée à la crise sanitaire du Covid-19 a fait ressortir l’importance de l’autonomie dans l’accès au numérique dans un nombre croissant de domaines de la vie sociale, avec des appels et de nombreuses initiatives visant à renforcer et développer des actions de médiations numériques, en particulier dans les quartiers de la politique de la ville. L’enjeu n’est pas nouveau mais la première période de confinement, au printemps, l’a mis (ou l’as remis) au premier plan de l’agenda public.

L’objectif de ce webinaire régional, organisé le 15 octobre 2020 par Villes et territoires Occitanie, était d’apporter aux acteurs de la politique de la ville (chefs de projet politique de la ville, services de l’Etat et associations qui interviennent dans les QPV) des éclairages pour comprendre ce qui se joue dans ces quartiers en matière d’accès au numérique, en analysant les usages des habitants, en questionnant les réponses existantes dans le domaine de l’inclusion et de la médiation numérique, et en explorant des pistes pour l’action.

Avec les interventions de Philippe ARCHIAS, Directeur innovation, études, Recherche, Chronos – Auxilia; Emma GHARIANI, co-directrice de la MedNum, coopérative nationale des acteurs de la médiation numérique; Mathias BOREL, coordonnateur du projet « Centres Sociaux Connectés 2.0 » dans la Métropole de Lille; Olivier HAG, coordonnateur « Pratiques Numériques » de l’association Combustible-Numérique à Toulouse.

Lire le document

Prolongés jusqu’au 31 décembre 2021, les emplois francs bénéficient d’un coup de pouce supplémentaire pour l’embauche des jeunes de -26 ans, résidents des quartiers prioritaires. L’aide financière est majorée. Valable pour les CDD et CDI signés entre le 15 octobre 2020 et le 31 janvier 2021, elle bénéficie aux entreprises et associations recruteuses.

Les emplois francs sont une aide à l’embauche destinée aux employeurs – entreprises et associations – qui recrutent un résident d’un quartier prioritaire de la politique de la ville en CDI ou en CDD d’au moins six mois.

En savoir plus sur ces évolutions

En savoir plus sur les emplois francs

À la mi-mars 2020, l’épidémie de Covid-19 a imposé un arrêt partiel ou total d’activités jugées « non essentielles », quand d’autres sont mobilisées face à l’urgence. Au-delà de sa dimension économique, cette crise affecte aussi les conditions de vie et les conditions de travail, renforçant des vulnérabilités existantes et en générant de nouvelles. Une note de France Stratégie publiée le 29 avril 2020 propose une typologie inédite des métiers dans la crise en cinq groupes.

Les métiers que l’on peut qualifier de « vulnérables de toujours » conjuguent une difficulté à travailler à distance et des statuts souvent précaires (un sur cinq exerce en CDD ou en intérim). Ces 4,2 millions de travailleurs, majoritairement des hommes, artisans et ouvriers de l’industrie et du bâtiment, sont traditionnellement confrontés à des conditions de vie et de travail difficiles.

Les « nouveaux vulnérables » (4,3 millions d’emplois) affrontent une crise inédite liée à l’exercice même de leur métier qui les met en contact avec le public. Leurs activités sont ralenties, voire interdites, et leur statut les fragilise (31 % de contrats intermittents ou d’indépendants en solo). Dans ces métiers du transport, de l’hôtellerie-restauration, des services aux particuliers, de l’art, de la culture et du sport, la vulnérabilité financière se double d’une incertitude sur l’avenir.

Les 10,4 millions de professionnels directement ou indirectement sur le « front » sont ceux dont les activités apparaissent essentielles dans cette crise. Ce sont tous les métiers de la santé, de l’éducation, de la propreté, de l’alimentaire et de sa distribution, et les professions régaliennes. Peu fragilisés économiquement, ils n’en sont pas moins exposés à une vulnérabilité d’ordre sanitaire par leur contact direct avec le public pour les trois quarts d’entre eux. Parmi les plus mal rémunérées et davantage occupées par des femmes, ces professions sont exposées à une intensification du travail.

Quatrième groupe, les télétravailleurs sont exposés à un nouveau risque d’hyperconnectivité (3,9 millions d’emplois). Essentiellement occupées par des cadres, ces professions doivent, à distance, assurer la continuité du travail et préparer la reprise d’activité. Soumis d’ordinaire à une plus forte intensité du travail, ils voient leur charge mentale et les difficultés de conciliation avec la vie familiale renforcées par la crise.

Enfin, nombre de professions intermédiaires ou d’employés qualifiés (4 millions d’emplois), le plus souvent en inactivité partielle, sont protégés du licenciement à court terme par leur statut. Mais leur difficulté à télétravailler les expose à des risques d’éloignement de la sphère professionnelle et de désocialisation.

Lire La Note d’Analyse de France Stratégie, avril 2020, n°88 (16 pages)

Aller à la barre d’outils