Education

Le Comité national d’Évaluation et d’Orientation des Cités éducatives vient de publier son premier rapport d’évaluation.

Instance de réflexion et d’analyse, indépendante dans son programme de travail, ses avis, ses propositions et recommandations, le Comité National d’Orientation et d’Évaluation des Cités éducatives (CNOE) est constitué de 30 membres issus de 3 collèges représentatifs de différents mondes : usagers, experts, institution.

« Ce rapport inaugural du CNOE est un premier bilan d’étape permettant de donner une visibilité au programme, de promouvoir la démarche des Cités éducatives, de souligner les premiers acquis mais aussi les points de vigilance qui peuvent être identifiés dans cette phase de lancement.
Il faut bien entendu tenir compte, dans le démarrage des premières actions, de l’impact majeur du contexte très particulier lié à la crise sanitaire, que ce soit dans l’accentuation des difficultés de vie des enfants, des jeunes et des familles et leurs répercussions dans le champ éducatif (conditions de logement dans les phases de confinement, alimentation…), mais aussi dans la nécessité pour les acteurs d’adapter leurs modes d’intervention, ou encore à travers le bouleversement des priorités d’action fixées par la puissance publique, comme en témoigne la priorité donnée aux financements de matériel mis à disposition des enfants et des familles pour tenter de réduire la fracture numérique. »
Ce rapport s’organise autour de trois grandes parties :
Le premier chapitre présente les principales caractéristiques et l’originalité de la démarche et du programme des Cités éducatives ;
Le deuxième chapitre analyse les modes de gouvernance et de pilotage mis en place progressivement dans la phase de lancement de ce programme multi partenarial ;
Le troisième chapitre évoque quelques premiers éléments de bilan de cette démarche à l’épreuve de la crise sanitaire

Accéder au rapport

Le CIV du 29 janvier 2021 a décidé de renouveler le fonds « Quartiers solidaire ». Nadia Hai, ministre chargée de la Ville, a annoncé le 20 avril son souhait qu’il soit plus particulièrement ciblé sur les jeunes. Ainsi 10 millions d’euros vont être mobilisés « en priorité »  pour financer les projets des associations « de grande proximité »  dans les domaines de « la continuité éducative », « le sport », « la culture », « la santé mentale », « la prévention », « l’insertion professionnelle »  ainsi que « le soutien à la parentalité ». Ces moyens doivent aider ces associations à « poursuivre leurs actions d’accompagnement global et inclusif des plus jeunes des habitants des quartiers (de la petite enfance aux étudiants) ». Une priorité sera accordée aux démarches en faveur des filles et des jeunes femmes, notamment aux actions qui renforcent leur insertion professionnelle et leur accès aux pratiques sportives, culturelles et de loisirs.

« Quartiers Solidaires Jeunes » est territorialisé et délégué aux préfets pour une réponse adaptée aux besoins identifiés de chaque territoire.

Accéder au communiqué de presse

Accéder à la circulaire du 20 avril 2021

Le Défenseur des droits a lancé le 22 février 2021 antidiscriminations.fr, son nouveau service de signalement et d’accompagnement des victimes de discriminations.

Le site internet est destiné aux personnes victimes ou témoins de discriminations, quel qu’en soit le motif (origine, handicap, sexe, etc.) et le domaine (emploi, logement, accès à un service, etc.).

Toute personne qui pense être victime de discrimination peut ainsi appeler le 39 28 ou se rendre sur www.antidiscriminations.fr. Des juristes du Défenseur des droits, spécialement formés à la discrimination, effectuent un premier niveau de prise en charge : écoute, réponse aux questions, première qualification juridique de la situation, explication des démarches possibles et orientation. Si la situation relève d’un de ses champs de compétence, le Défenseur des droits pourra intervenir selon ses modes d’action habituels pour rétablir la personne dans ses droits. Si la situation n’est pas du ressort de l’institution, la personne sera orientée directement vers les interlocuteurs institutionnels ou associatifs compétents.

Accéder à la plateforme

Une circulaire publiée au Journal officiel du vendredi 5 février 2021 précise les modalités de déploiement du volet inclusion numérique du plan de relance, piloté par l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT), qui comprend trois axes : 

  • Le premier traite de la formation et le déploiement de 4.000 conseillers numériques France Services.
  • Le second axe concerne le développement de solutions innovantes d’accueil en proximité qui viennent renforcer le maillage des lieux de médiation numérique.
  • Le 3ème axe concerne l’outillage des aidants professionnels et la généralisation du service public numérique Aidants Connect.

Accéder à la circulaire

Les questions éducatives constituent un enjeu majeur pour la politique de la ville dont l’ambition réaffirmée est « d’assurer l’égalité entre les territoires, de réduire les écarts de développement entre les quartiers défavorisés et leurs unités urbaines et d’améliorer les conditions de vie de leurs habitants » (art. 1 de la loi du 21 février 2014 de programmation pour la ville et la cohésion urbaine).

Ce dossier de Villes et Territoires Occitanie a pour vocation de donner une lecture de base des éléments législatifs et règlementaires, des dispositifs, des périmètres prioritaires. Il a également pour ambition de mettre en exergue les différentes thématiques clefs communes à tous les acteurs, et d’orienter vers de la ressource en ligne. Ce dossier s’adresse donc à la fois aux non-spécialistes, souhaitant avoir une vision globale des questions éducatives dans la cadre de la politique de la ville, et aux spécialistes souhaitant aller plus loin. L’édition 2020 est l’actualisation d’une 1ère édition publiée en 2016.

Accéder à l’édition 2020

Le Premier ministre, via une circulaire datée du mercredi 23 décembre 2020, demande aux préfets de décliner territorialement la stratégie nationale de prévention de la délinquance 2020-2024 (SNPD).

La stratégie comprend 40 mesures, articulées autour de 4 axes :
Axe 1 — Les jeunes : agir plus tôt et aller plus loin dans la prévention
Axe 2 — Aller vers les personnes vulnérables pour mieux les protéger
Axe 3 — La population, nouvel acteur de la prévention de la délinquance
Axe 4 — Le territoire : vers une nouvelle gouvernance rénovée et efficace

Les préfets sont ainsi invités à veiller à la mise en œuvre opérationnelle des orientations arrêtées par la SNPD et d’en assurer une large diffusion. Cette mise en œuvre “opérationnelle” repose notamment sur la mobilisation et le renforcement des conseils de sécurité et de prévention de la délinquance.

Circulaire n° 6238-SG du 23 décembre 2020 relative à la mise en œuvre opérationnelle de la stratégie nationale de prévention de la délinquance 2020-2024

Les 40 mesures de la  stratégie nationale de prévention de la délinquance 2020/2024

Dans son portrait social de la France publié le 3 décembre 2020, l’Insee montre l’incidence du milieu social et de la situation professionnelle des parents sur la scolarité, la santé ou encore les pratiques culturelles et sportives des enfants. En documentant la fréquentation des activités périscolaires et extrascolaires de ceux entrant en maternelle en 2014-2015 (période où l’instruction des moins de 6 ans était facultative), l’INSEE constate que les enfants d’origine modeste utilisaient moins que les autres les dispositifs péri et extrascolaires.

Lire l’étude sur le site de l’INSEE

Publication annuelle de la DEPP et de la SD-SIES du ministère de l’Education nationale, Repères et références statistiques réunit en un seul volume toute l’information statistique disponible sur le système éducatif et de recherche français. Organisé en dix chapitres et 179 thématiques pour l’édition 2020, RERS apporte des éclairages nouveaux en fonction de l’actualité et des derniers résultats d’études, que ce soit en termes de dynamique démographique ou d’implantation des établissements REP et REP+.

Accéder au dossier

A la rentrée 2020, « cordées de la réussite » et « parcours d’excellence » fusionnent en un seul dispositif sous l’appellation de « cordées de la réussite ».

Lancées en novembre 2008, les « cordées de la réussite » ont pour objet d’introduire une plus grande équité sociale dans l’accès aux formations de l’enseignement supérieur et notamment aux filières sélectives. Mis en œuvre à la rentrée 2016, les « parcours d’excellence » s’inscrivaient dans la complémentarité des cordées de la réussite.

Objectifs

En cohérence avec les transformations induites par la réforme du lycée d’enseignement général et technologique, la revalorisation de la voie professionnelle ainsi que la Loi relative à l’orientation et la réussite des étudiants et la création de la plateforme Parcoursup, les nouvelles « Cordées de la réussite visent à faire de l’accompagnement à l’orientation un réel levier d’égalité des chances. Destinées en priorité aux élèves scolarisés en éducation prioritaire ou en quartiers prioritaires politique de la ville (QPV), aux collégiens et lycéens de zone rurale et isolée et aux lycéens professionnels, elles ont pour objectif de lutter contre l’autocensure, de susciter l’ambition scolaire des élèves par un continuum d’accompagnement de la classe de 4e au lycée et jusqu’à l’enseignement supérieur. Cet accompagnement continu et progressif en amont des choix d’orientation est à même de donner à chacun les moyens de sa réussite dans la construction de son parcours, que ce soit vers la poursuite d’études ou l’insertion professionnelle.

En savoir plus

Le plan « quartiers d’été 2020 » a pour ambition de faire de cette période estivale, qui s’inscrit dans un contexte exceptionnel, « un temps utile et ludique » pour les habitants des quartiers prioritaires de la politique de la ville qui ne peuvent pas partir en vacances, dans une logique de « renforcement du lien social » et « d’accès à de nouvelles opportunités ». Il est aussi présenté comme devant être un vecteur de tranquillité publique. Une circulaire du 10 juin 2020, accompagné d’un « cahier des charges » viennent préciser les choses, en détaillant notamment les 6 objectifs autour desquels ce plan devrait se déployer :

Chacun des 6 objectifs est détaillé dans le cahier des charges « Quartier d’été 2020 », conçu comme une « boite à outils » à adapter à chaque contexte local.

Circulaire du 10 juin 2020 Plan « Quartiers d’été 2020 » et Annexe 1 – Cahier des charges « Quartiers d’été 2020 »

Présentation de « Quartiers d’été 2020 » sur le site de l’ANCT

Aller à la barre d’outils