Cohésion sociale

Situé au sein d’un quartier prioritaire, à Narbonne, IN’ESS est un équipement de la communauté d’agglomération du Grand Narbonne dédié à l’accompagnement des projets professionnels, à la création d’activités et qui permet de tester de nouveaux modèles de développement économique.
Cet espace innovant s’adresse à toute personne, salarié, chef d’entreprise, demandeur d’emploi, porteur de projet, travailleur indépendant, ayant un projet professionnel.
Grâce à la force de son réseau de partenaires internes et externes, IN’ESS écoute, oriente, accompagne et propose des solutions adaptées à chaque demande.

On ne fait pas à l’IN’ESS une politique pour les quartiers, mais c’est à partir du quartier que l’on fait une politique pour l’ensemble du territoire” (Sandrine Solé, directrice).

Voir la vidéo

L’Observatoire de la mixité sociale livre un premier rapport compilant divers regards sur les politiques de peuplement.
La mixité sociale “tarte à la crème” des lois Logement depuis 30 ans ? Ce n’est pas tout à fait ce qui transparaît du premier rapport publié par l’Observatoire de la mixité sociale (OMIS) présenté le 11 avril.  Sans complaisance, ce recueil d’articles est autant de regards portés sur la lutte contre toutes les formes de ségrégation urbaine. Parallèlement, le président de l’observatoire Airbnb signe une note pour la Fondation Jean-Jaurès accusant le phénomène de plateforme touristique d’accélérer la gentrification des espaces urbains…

Lire la suite de l’article sur le site de la Caisse des dépôts (Localtis 13/04/2018)

Accès au rapport de l’OMIS

Rénovation urbaine. L’espace comme remède à la question sociale ? Emmanuel Bellanger, Anaïs Collet, Fabien Desage, Pierre Gilbert. Métro politiques, 05/04/2018

Depuis le XIXe siècle, la rénovation urbaine fait figure de réponse récurrente aux maux de la ville, la transformation radicale du bâti étant pensée comme un moyen de résoudre les problèmes des quartiers populaires.
Ce dossier explore les origines et les rouages de cette pensée réformatrice, en même temps que les effets de politiques publiques qui, depuis les années 2000, bouleversent en profondeur les cités HLM.

Lire la suite de l’article sur le site de Métro politiques

Accès au sommaire du dossier

 

0 489

Près de 80 % de personnes pauvres dans le quartier Jean Perrin à Nîmes, 71 % dans celui du Mail Nord à Montpellier. Les données sur la pauvreté publiées par l’Insee révèlent la concentration d’une extrême pauvreté au sein des plus grandes villes de France. 257 quartiers (en fait ce que l’INSEE appelle des “IRIS”) sont concernés par ce phénomène. Une analyse de Valérie Schneider, extraite de la Gazette.fr.

En savoir plus sur le site de l’Observatoire des inégalités
(Un récapitulatif de ces quartiers et communes est consultable avec cette analyse)

0 429

L’immigration en France. El Mouhoub. Paris : Editions Fayard, 2017

Qui sont les migrants internationaux ? Combien arrivent réellement chaque année dans les pays riches ? La France reçoit-elle vraiment « toute la misère du monde » ? Combien coûtent les migrants aux finances publiques des pays d’accueil ? Prennent-ils nos emplois ?
Les propos erronés, répétés sciemment ou non, sur l’immigration et ses effets, persistent et se renforcent dans les périodes de crise, aujourd’hui comme dans les années 1930.
Peut-on espérer comprendre et traiter la question de l’immigration si les allégations les plus invraisemblables ne sont pas démystifiées, si les fantasmes et non la réalité nourrissent le débat public ? Les chiffres existent ainsi que leurs analyses et leurs enseignements, fondés sur des études concordantes réalisées dans différents pays. Pourquoi les ignorer ?
Loin des plaidoyers en faveur ou contre les migrations ou les migrants, c’est à ces questions, quelquefois dérangeantes, toujours précises, que ce livre tente de répondre.
E.M. Mouhoud identifie quinze mythes qui parasitent le débat public sur les migrations et permettent à certains responsables politiques de défendre des thèses aussi anxiogènes qu’inexactes. Ce livre fournit des propositions concrètes et de pistes de réflexions pour une véritable politique efficace et juste.

Professeur d’économie à l’université Paris-Dauphine, El Mouhoub Mouhoud est spécialiste de la mondialisation, des délocalisations et des migrations internationales.

0 615

“Ceux qui font”. Le Monde.fr été 2017

Avec son association Remembeur, Ali Guessoum travaille à démonter avec bonne humeur les stéréotypes racistes en milieu scolaire.
L’association, créée en 2011,  vise à partager les richesses du Patrimoine de l’immigration maghrébine en France.
Fonctionnant en réseau avec d’autres associations comme le Tactikollectif, AC le feu, Pangée elle a pour objectif d’établir des ponts entre générations, disciplines artistiques et sciences humaines. Souhaitant apaiser le débat de société autour de l’immigration, elle pose des questions essentielles à la cohésion sociale et au « vivre ensemble », par le biais de la culture. Enfin, elle a pour vocation d’établir des échanges et de nourrir le dialogue.

Lire l’article sur le Monde.fr

Accès au site de Remembeur

0 398

Cinq jeunes racontent leur banlieue sans clichés. ZEP (Zone d’expression prioritaire. Libération, 10 juillet 2017.

Comment vit-on à l’ombre du béton  ? Cinq jeunes, deux filles et trois garçons, racontent leur banlieue, leur quartier, leur cité, loin des clichés.

Lire la suite de l’article sur le site de Libération

ZEP et Libération. En publiant ces textes, Libération poursuit l’aventure éditoriale entamée depuis janvier 2015 avec la Zone d’expression prioritaire. La ZEP, média participatif déjà associé à l’Etudiant, au Huffington Post, à l’émission Périphéries sur France Inter – hélas supprimée à la rentrée prochaine – et à l’Association de la fondation étudiante pour la ville (Afev), est un dispositif original développé par une équipe de journalistes pour déployer l’expression des jeunes. Le principe : inciter les lycéens, étudiants, travailleurs, chômeurs, urbains, ruraux à se raconter et à témoigner sur l’actualité et les sujets qui les concernent (école, fac, emploi, argent, santé, amour…) en les accompagnant. Ces récits, à découvrir sur La-zep.fr, dressent un panorama inédit et bien vivant des jeunesses de France.

 

Le CGET produit une série vidéo « En actions », qui donne la parole aux acteurs de terrain. Le dernier épisode présente le plan national de formation « Valeurs de la République et laïcité », à travers le témoignage d’agents de collectivité, médiateurs sociaux, animateurs sportifs et de formatrices.
Un éclairage concret sur les actions et les dispositifs que le CGET contribue à mettre en place.

Lire la suite et accès à la vidéo sur le site du CGET

0 518

Le centre de ressources GUSP, la Métropole grenobloise et la maison de l’égalité femmes-hommes ont organisé, le 12 mai 2017, une après-midi d’échanges autour de la question du genre et des espaces publics.

Problématique de l’après-midi :
Les femmes et les hommes n’ont pas toujours les mêmes usages des espaces publics. Le genre influe sur la façon dont on fréquente certains lieux, à certaines heures, pour certaines activités. Il joue un rôle dans les modes de déplacement et les trajectoires adoptées à l’échelle d’un quartier et au-delà. Et bien souvent, l’accès et l’appropriation des espaces publics sont plus contraints pour les femmes.

En savoir plus et Retour sur les ateliers (vidéos)

L’Observatoire de la laïcité a publié son rapport annuel 2016-2017. S’il relève une “sensibilité toujours très forte” autour du fait religieux  dans le contexte de la période pré-électorale, l’Observatoire n’en considère pas moins que “les contestations du principe de laïcité apparaissent mieux contenues”. Il salue également les actions de sensibilisation mises en place à l’intention des agents publics.

En savoir plus

Accès au rapport sur le site de la Caisse des dépôts

Aller à la barre d’outils