Nos actions

Le centre de ressources organise des formations à destination des conseils citoyens qui ont pour but de les outiller (formations méthodologiques, rencontres départementales), mais aussi de renforcer leur connaissances de la Politique de la Ville (formations thématiques).  Après une première formation thématique sur la Gestion Urbaine de Proximité (co-animée par le cabinet AMADEUS), puis sur l’accès à la Culture (co-animé par la DRAC du Gard), la formation thématique 2018 était dédiée au thème du « soutien à la parentalité ».

Ce document, issu d’une formation organisée à Béziers, le 5 juillet 2018, par Villes et Territoires à destination des conseils citoyens de l’Hérault, s’adresse aux conseillers citoyens désireux de mieux comprendre ce que recouvrent les dispositifs de soutien à la parentalité qui sont un des volets des contrats de ville. Il précise quelles sont les actions qui sont soutenues à ce titre dans les quartiers, et qui les met en œuvre.

Accéder au document

 

Dans le cadre du mois de l’ESS, et en coordination avec la CRESS et le Grand Narbonne, Villes et Territoires Occitanie organise une journée régionale sur l’innovation sociale et territoriale, lors de laquelle seront présentées deux expériences de territoire innovantes: Territoires Zero Chômeurs et IN’ESS.

Mardi 20 novembre 2018, à Narbonne, dans les locaux de l’IN’ESS
de 9h30 à 16h15

Accéder au programme de la journée

Pour des raisons logistiques, l’inscription à la journée est obligatoire :

Accéder au formulaire d’inscription en ligne

La 2ème édition des Rencontres des conseils citoyens du Gard s’est déroulée au château d’Espeyran à Saint-Gilles, le 9 octobre 2018. Pour introduire cette journée d’échanges entre conseils citoyens, le Centre ressources VILLES ET TERRITOIRES est allé à la rencontre du conseil citoyen de Nîmes-Est, chemin Bas Mas de Mingue, qui a réalisé un diagnostic santé suite au constat de la désertification médicale et de ses impacts sur la vie des habitants. Cette remontée de pratique est venue alimenter l’atelier qui portait sur les outils et méthodes utilisées par les conseils citoyens, pour développer, renforcer, communiquer leur expertise d’usage.

Voir la vidéo

La 2ème édition des Rencontres des conseils citoyens du Gard s’est déroulée au château d’Espeyran à Saint-Gilles, le 9 octobre 2018. Pour introduire cette journée d’échanges entre conseils citoyens, le Centre ressources VILLES ET TERRITOIRES est allé à la rencontre des conseils citoyens d’Alès et d’Anduze, qui ont créé un journal, “l’Echo de nos quartiers”, qui parle pour et des habitants. Cette remontée de pratique est venue alimenter l’atelier qui portait sur les outils et méthodes utilisées par les conseils citoyens pour communiquer et créer du lien avec les habitants.

Voir la vidéo

Les plateformes de mobilités proposent aux personnes ayant des difficultés de déplacement un accompagnement individuel et des services pour qu’elles deviennent autonomes : elles constituent un levier pour faciliter l’accès à l’emploi et l’insertion professionnelle. Selon le CGET, les 2 missions principales d’une plateforme mobilité sont les suivantes : informer et communiquer sur l’offre et les dispositifs existants; coordonner plusieurs acteurs de la mobilité intervenant sur un même territoire, ou mettre en place elle-même certains service (soit opter pour un fonctionnement mixte).

L’exemple de Mobil’Job, la plateforme mobilité d’Alès Agglomération : voir la vidéo

Le rapport 2017 de l’Observatoire national de la politique de la ville a officiellement été remis le 20 juillet 2017.

La partie « Etudes » sur la mobilisation résidentielle des habitants des quartiers de la politique de la ville (QPV) comprend 7 contributions et une synthèse.

Valérie Darriau, Cynthia Faivre, François Sémécurbe et Vincent Vicaire de l’Insee exploitent la nouvelle source Fideli, issue des sources fiscales, pour une mesure de la mobilité résidentielle sur deux années successives
Pascal Dieusaert et Marie Sala, du CGET exploitent le Panel Politique de la ville sur le point de vue des habitants
Fabrice Murat de la Depp exploite le Panel des élèves de 6ème suivis durant cinq années successives
Noémie Oswalt, du CGET, en lien avec la Caisse Nationale des Allocations Familiales exploite leurs données du fait du poids important des allocataires dans les quartiers prioritaires
Ces analyses sont aussi déclinées sur des territoires plus ciblés, avec deux contributions sur la métropole de Lyon : de Hind Aissaoui, Ioannis Baraklianos, Louafi Bouzouina du Laboratoire Aménagement Economie Transports (Laet) et de Nicole Frénay-Ponton de l’Agence d’urbanisme de l’aire métropolitaine lyonnaise.
Et une contribution sur la métropole de Grenoble d’Olivier Baills de l’Agence d’urbanisme de la région grenobloise.
Enfin, une synthèse réalisée par Stéphanie Mas du CGET.
Ces études ont été réalisées sur le périmètre des quartiers prioritaires de la politique de la ville entré en vigueur en 2015 ou sur le zonage précédent des zones urbaines sensibles pour les données moins récentes.

Les fiches thématiques sur chacun des piliers de la politique de la ville (41 au total dans le rapport 2017) retranscrivent des réalités nationales, donc des messages qui font écho à des réalités locales.

Document consultable en ligne : http://www.onpv.fr/uploads/media_items/rapport-2017.original.pdf

Aller plus sur le site de l’ONPV

 

Ce document est issu d’un séminaire régional intitulé « Données d’observation territoriale mobilisables dans le cadre du pilotage de la politique de la ville », organisé par Villes et territoires le 8 juin 2018 à Montpellier

A l’articulation entre l’observation locale et les démarches d’évaluation des contrats de ville à mi-parcours, ce séminaire avait pour objectif de présenter :

  • Deux outils élaborés par Villes et Territoires (une notice qui recense, actualise et facilite l’accès aux principales données statistiques, et une démarche complémentaire de production de données qualitatives) ;
  • Les fiches diagnostics des QPV en Occitanie, réalisées dans le cadre d’un partenariat entre la DRJSCS et l’INSEE Occitanie (mise en ligne juillet 2018) ;
  • La démarche nationale pour le suivi des contrats de ville : groupe de travail, la mise à disposition des fiches sur le SIG Ville, exemples d’indicateurs, et le calendrier des mises à jour.

Rappel du programme

En quelques clics, retrouvez l’ensemble des données actuellement disponibles pour alimenter les diagnostics de territoire et le suivi de contexte de votre contrat de ville

Réalisé par Villes et Territoires LR à destination des équipes projet politique de la ville concernées par des démarches locale d’observation des territoires et d’évaluation des contrats de ville, ce document récapitule l’ensemble des données actuellement disponibles pour alimenter les diagnostics de territoire et le suivi de contexte de votre contrat de ville.

POINT DE VIGILANCE – Dans le cadre d’une démarche locale d’évaluation d’un contrat de ville, ces multiples données ne se suffisent pas à elles-mêmes. Elles doivent, au contraire, servir de fondement à une réflexion collective, sur chaque territoire, autour d’un choix d’indicateurs de contexte pertinent au regard des objectifs fixés dans chaque contrat de ville.

Comme le rappelle l’ONPV, l’évaluation des contrats de ville doit articuler trois axes :
– l’analyse de l’évolution du contexte dans lequel s’inscrivent les orientations du contrat de ville ;
– l’analyse des réalisations et des impacts du contrat de ville, au regard de ses objectifs initiaux ;
– l’analyse de l’ingénierie et de la gouvernance du contrat de ville, et de la plus-value en matière de mobilisation des politiques publiques de droit commun.

Le 1er axe questionne donc le contexte socio-économique et son évolution, « en vue, notamment, d’ajuster la stratégie et les objectifs qu’il porte. Il s’agit aussi de mesurer l’évolution des écarts entre les quartiers prioritaires et leurs agglomérations ».

Accéder au guide réalisé par Villes et Territoires LR

En partenariat avec la Direction régionale de la Jeunesse des Sports et de la Cohésion Sociale (DRJSCS), l’Insee a vient de publier une étude sur les quartiers prioritaires de la politique de la ville de la région Occitanie, dont les grandes lignes avaient été présentées lors d’un séminaire organisé par Villes et Territoires, à Montpellier, le 8 juin dernier.
Une typologie offre une approche synthétique des 105 quartiers prioritaires de la région, à travers six profils différenciés.
Elle est complétée par des fiches synthétiques par unité urbaine qui permettent de mieux comprendre les spécificités de chaque quarter au sein de son environnement en fournissant une vision fine des conditions de vie de ses habitants (habitat, revenus, emploi, etc.).

Pour accéder à la publication :
« Quartiers prioritaires de la politique de la ville en Occitanie : les multiples visages de la pauvreté », Insee Dossier Occitanie n° 7, juillet 2018

Pour plus d’informations sur les données d’observation locale disponibles pour alimenter les diagnostics de territoire et le suivi du contexte d’un contrat de ville, voir le document réalisé par Villes et Territoires :
Accéder au guide réalisé par Villes et Territoires LR

Depuis la loi de programmation pour la ville et la cohésion urbaine du 21 février 2014, le développement économique urbain constitue un pilier à part entière des contrats de ville, à côté des piliers cohésion sociale et renouvellement urbain. L’objectif est de replacer les quartiers prioritaires dans le jeu et les stratégies de développement économique des territoires dont ils font partie : villes, agglomérations et bassins d’emplois.

Malgré cette avancée législative, le volet développement économique des contrats de ville peine à se déployer sur le terrain. C’est sur la base de ce constat que Villes & Territoires, avec l’appui technique du cabinet d’étude Argo&Siloe, a initié un travail d’accompagnement à l’ingénierie du pilier développement économique des contrats de ville, à Carcassonne dans l’Aude, Bédarieux dans l’Hérault, et Vauvert dans le Gard. L’objectif était d’identifier les difficultés de mise en oeuvre, puis de proposer des éléments méthodologiques permettant de les surmonter à partir d’études-action.

Les apports de ce travail :

»aider à la définition d’une part, des modalités de rapprochement entre les services politique de la ville et développement économique, et d’autre part, des modalités de collaborations partenariales locales (collectivités locales, services de l’Etat, chambres consulaires, associations, etc.) ;

»démontrer les champs des possibles en matière de développement économique (immobilier, commerce, animation, accompagnement des entreprises….) ;

»outiller les territoires dans la construction et le déploiement d’un plan d’action adapté aux enjeux locaux :
⋄aide à la réalisation du diagnostic et à l’identification des enjeux locaux :
⋄aide à la hiérarchisation des actions,
⋄transferts d’expériences menées sur d’autres territoires,
⋄feuille de route et points de vigilance concernant des pré-requis pour la réussite de certaines actions : diagnostic préalable, étude de faisabilité, mobilisation de partenaires…

Retrouver ici le rapport d’étude

Tous les experts et chercheurs s’accordent à dire que l’aménagement du territoire et l’urbanisme constituent des leviers majeurs pour une amélioration de la santé. Mais cela nécessite d’une part d’intégrer les enjeux de santé dans la réflexion des aménageurs et urbanistes, à tous les niveaux hiérarchiques de décision, et aux différentes échelles géographiques de mises en oeuvre de l’action publique.
Il est d’autre part incontournable que la santé fasse l’objet d’actions transversales dans tous les champs qui contribuent à façonner le cadre de vie (environnement, urbanisme, aménagement du territoire, transports, espaces publics, etc.). Depuis quelques années en France, la santé publique s’est emparée du concept d’« urbanisme favorable à la santé » (UFS) afin d’en identifier les déterminants à l’échelle locale et d’agir en conséquence.

Objectifs de cette synthèse réalisée par Villes et Territoires :
– Clarifier le concept d’« urbanisme favorable à la santé » grâce à l’intervention de Nina Lemaire, ingénieure d’études « Urbanisme & Santé », à l’Ecole en Hautes Etudes en Santé Publique de Rennes, (Département Santé Environnement Travail et Génie Sanitaire) lors d’un séminaire dédié en janvier 2018.
– Apporter des éclairages sur ses possibles déclinaisons opérationnelles à partir de la démarche expérimentale conduite à Miramas dans le cadre de l’élaboration d’un projet de renouvellement urbain (NPNRU) suite au témoignage de Stéphanie Casanova, coordinatrice – Atelier santé ville de Miramas, et Nina Lemaire.

Accéder au document

Aller à la barre d’outils