A1 - Politique de la ville

Dans la circulaire du 6 février 2018 relative aux orientations de la politique de la ville pour cette année, le ministre et le secrétaire d’État de la Cohésion des territoires précisent les modalités d’élaboration du plan de mobilisation nationale en faveur des quartiers prioritaires et de leurs habitants.

Faisant suite au cap fixé par le président de la République à Roubaix, le 14 novembre dernier, et adressée aux préfets de département, préfets délégués à l’égalité des chances et sous-préfets, chargés de mission à la ville, la circulaire précise les modalités d’élaboration du plan autour de deux axes :
– la mobilisation autour des « 40 ans de la politique de la ville – Inventons les territoires de demain » (labellisation d’actions, organisation d’événements nationaux en région) ;
– les modalités de coconstruction du plan, selon la méthode définie comme suit :
– un conseil présidentiel des villes, tous les trimestres ;
– des instances de coconstruction avec des groupes de travail thématiques ;
– un suivi au niveau interministériel de l’état d’avancement des mesures et des chantiers.

Cette démarche doit s’appuyer sur la coconstruction locale et citoyenne via les conseillers citoyens, la mobilisation des forces vives et l’animation d’ateliers territoriaux en lien avec les groupes nationaux mis en place auprès des ministres.

Accès à la circulaire sur le site du CGET

0 311

Dans le cadre de la mobilisation nationale autour de la politique de la ville, le président de la République a confié à Jean-Louis Borloo, auprès du ministre de la Cohésion des territoires, la mission de dresser un état des lieux et de faire des propositions pour les quartiers et leurs habitants. Dix groupes de travail thématiques sont également lancés pour compléter ce travail d’élaboration de propositions.

Deux orientations essentielles guident cette mission : remettre la République au cœur de ces quartiers et y ramener le droit commun, afin que ceux qui y vivent bénéficient des mêmes droits et services qu’ailleurs ; favoriser l’émancipation des habitants, la mobilité et l’insertion par l’éducation et l’emploi, pour un égal accès de tous aux opportunités.

L’objectif est de parvenir à un diagnostic partagé avec tous les acteurs de la situation actuelle des quartiers de la politique de la ville. Il s’agit également de définir des objectifs raisonnables pour les résultats à atteindre en  cinq ans, et de formuler des propositions d’actions, qui s’appuieront sur le renforcement ou l’amélioration des outils existants. Cette mission devrait rendre ses conclusions en mars 2018.

Les résultats de la mission de Jean-Louis Borloo et des réflexions menées par les dix groupes de travail nourriront les travaux du Comité interministériel des villes, qui se tiendra au printemps, et du Conseil présidentiel des villes.

Lire la suite de l’article sur le site du CGET

Proposer sous un même toit une offre diversifiée de commerces et de services aux habitants dans des territoires en déprise commerciale (c’est-à-dire qu’individuellement, des activités pourraient difficilement se maintenir ou s’implanter)
Conforter une activité en place en lui adossant d’autres services pour consolider son chiffre d’affaires, mieux exploiter la surface d’un local, renforcer la fréquentation d’un point de vente et attirer de nouveaux clients.
Pour en savoir plus, consultez la fiche action réalisée par Capville (EPARECA)

Le président de la République a appelé la semaine dernière, à Tourcoing, à « une grande mobilisation nationale pour les villes et les quartiers » de l’Etat, des collectivités territoriales, des entreprises, des acteurs associatifs et des habitants.
Jacques Mézard a indiqué « Comme l’a déclaré le Président de la République, les solutions en matière de la politique de la ville ne peuvent venir seulement « d’en haut ». Il y a une nécessité de co-construire les solutions avec les acteurs de terrain, de les discuter, de les travailler avec les élus mais aussi avec les habitants, en premier lieu, en s’appuyant sur les conseils citoyens » .
Dans ce cadre, le ministère de la Cohésion des territoires lance une consultation nationale des conseils citoyens, avec l’appui de la Fédération des centres sociaux.

Elle a pour objectif d’identifier les initiatives, les idées ou encore les méthodes qui semblent les plus utiles à ces représentants des habitants des quartiers prioritaires de la politique de la ville pour améliorer la vie quotidienne dans ces quartiers.
La consultation citoyenne sera menée en 2 temps :
Jusqu’au 5 décembre 2017 : mise en ligne via www.conseilscitoyens.fr d’un questionnaire à destination des conseils citoyens, structuré autour de 6 thématiques : éducation, emploi, formation, mobilité, parentalité et culture. Les membres des conseils citoyens ont jusqu’au 5 décembre pour répondre à ce questionnaire.

Le 16 décembre 2017 : organisation d’une journée de travail sous la forme innovante du “Hackathon”, réunissant une centaine de membres de conseils citoyens, des associations, des acteurs économiques mais aussi des administrations, afin de structurer des mesures innovantes à partir des propositions issues du questionnaire.
Cette consultation citoyenne doit permettre d’alimenter le plan de mobilisation nationale souhaitée par le Président de la République d’ici fin février 2018, en lien avec les chantiers en cours de mise en place par le ministère de la Cohésion des territoires avec les élus, acteurs associatifs, bailleurs, entreprises et tous ceux animés par la volonté de faire.

En savoir plus sur le site du ministère

0 394

À la demande du Commissariat Général à l’Egalité des Territoires (CGET), l’Ecole du Renouvellement Urbain (ERU), propose une formation dédiée aux membres des conseils citoyens des 216 quartiers d’intérêt national et des 274 quartiers d’intérêt régional bénéficiant d’une intervention de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU) dans le cadre du Nouveau programme national de renouvellement urbain (NPNRU) 2014-2024.

Cette formation nationale de 5 jours a pour enjeux de faciliter la mise en place d’une démarche de co-construction et de permettre aux conseils citoyens de construire un avis motivé sur leur projet de renouvellement urbain.
32 sessions de formation sont programmées sur la période 2017-2018 avec pour objectif de former 650 conseillers citoyens.

En savoir plus sur le site de l’ERU

Organisé par la préfecture de l’Hérault en partenariat avec Villes et Territoires, ce rendez-vous, désormais annuel, permet de mettre en lumière les membres des conseils citoyens, associations et habitants des quartiers populaires qui oeuvrent, aux côtés des partenaires des contrats de ville, au mieux vivre dans les quartiers de la politique de la ville.

Autour de débats et ateliers, ces rencontres qui ont eu lieu le samedi 7 octobre 2017 à Montpellier ont été l’occasion de donner la parole aux conseillers citoyens, d’échanger avec les acteurs de terrain, de réaliser des partages d’expérience et de faire émerger des propositions.

Un film retrace les principaux enjeux de cette journée.

 

0 450

Lors de son déplacement à Clichy-sous-Bois, à Tourcoing et à Roubaix, les 13 et 14 novembre derniers, le président de la République, Emmanuel Macron, a réaffirmé que l’avenir des quartiers prioritaires de la politique de la ville représente une priorité de son quinquennat. Il a avancé des mesures destinées à «ramener le droit commun» dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) et à soutenir «l’émancipation de leurs habitants».

Lire la suite de l’article, accès à la vidéo du discours et au livret « Une grande mobilisation nationale pour les habitants des quartiers » sur le site du CGET.

Accès à l’article de Localtis : “Plan Macron pour les quartiers : le détail des premiers engagements”

0 399

L’association des maires “Ville et  banlieue de France” publie une lettre ouverte au président de la République suite aux annonces des 13 et 14 novembre 2017.

“Monsieur le Président,
Vos propos de ce lundi à Paris et de ce mardi à Tourcoing en attestent : vous avez entendu l’alerte que, par une première lettre ouverte du 3 août à l’initiative de notre « Association des maires Ville & Banlieue de France », puis par « l’appel de Grigny » en octobre dernier, les territoires urbains fragiles de la nation républicaine vous ont lancée, portant les inquiétudes de leurs cinq millions d’habitants (…)

Voir la lettre sur le site de Ville et banlieue

Un amendement au Projet de loi de finances (PLF), soutenu par le Gouvernement, vise à mettre en place à titre expérimental, avant généralisation, un dispositif d’ “emplois francs” pour favoriser l’embauche des habitants des quartiers prioritaires de la politique de la ville.

Les emplois francs sont une réponse aux barrières à l’emploi que peuvent rencontrer de nombreux habitants des quartiers populaires. L’objectif de ce dispositif est de répondre aux discriminations territoriales que subissent certains de nos concitoyens en raison de leur lieu d’habitation : à diplôme, âge et parcours équivalents, il est plus difficile d’accéder à un emploi lorsque l’on habite certains quartiers difficiles.

Alors que la généralisation de la mesure est prévue en 2020, le Gouvernement a décidé d’accélérer sa mise en œuvre par le biais d’une expérimentation sur un nombre limité de quartiers prioritaires de la politique de la Ville (QPV).

En savoir plus sur le site du gouvernement

Aller à la barre d’outils