A1 - Politique de la ville

L‘ANRU a réuni mardi 23 juin son conseil d’administration, l’occasion de tirer de premières leçons de la crise sanitaire. Ces échanges ont notamment permis de d’adopter une série de mesures de nature à adapter le calendrier des projets aux conséquences du confinement et d’engager les évolutions de son règlement financier qui vont permettre de soutenir plus efficacement les collectivités locales et les bailleurs sociaux.

​L’Agence avait annoncé dès mai dernier travailler à plusieurs mesures pour répondre aux attentes exprimées par les élus ces dernières semaines. De premières mesures ont été adoptées à l’unanimité. Une première série de mesures concerne la prorogation jusqu’en juin 2021 de toutes les dates d’engagement ou de paiement d’opérations initialement programmées en 2020 dans le cadre du Nouveau Programme National de Renouvellement Urbain (NPNRU).

Lire le communiqué de presse du 23 juin 2020

Les lycéens des quartiers prioritaires font face à des difficultés spécifiques pour décrocher le bac et poursuivre des études supérieures. Au-delà des effets liés à leurs appartenances sociales, le fait de résider en quartier prioritaire a-t-il un impact propre sur leur parcours post-bac et leur insertion professionnelle ? Une collaboration entre le Céreq et l’Agence nationale de la cohésion des territoires permet d’éclairer les trajectoires de formation et d’emploi des jeunes qui, sortis en 2013 du système éducatif, résidaient en quartier prioritaire au moment du bac.

Lire la publication (4 pages)

La date du 1er juin 2020 a été maintenue pour permettre à une première série de projets bien avancés d’entamer leur instruction et acquérir un retour d’expérience précieux pour les parties prenantes de l’appel à projets « Les quartiers fertiles : l’agriculture urbaine dans nos quartiers » lancé par l’ANRU. Cependant, une deuxième fenêtre de réponse à l’appel à projet sera permise pour l’automne afin de proposer un calendrier moins exigeant aux porteurs de projets qui le souhaitent, compte tenu de la crise sanitaire et des échéances électorales.
Ces nouvelles modalités de réponses seront précisées prochainement par l’ANRU. Une « foire aux questions » spécifique sur l’agriculture urbaine est diffusée parallèlement.

Appel à projet Quartiers fertiles : foire aux questions

La nouvelle édition du Concours Talents des Cités est lancée. Ouvert aux entrepreneurs en devenir ou installés et résidant dans les quartiers prioritaires de la ville, les candidats ont jusqu’au 31 juillet pour déposer leur candidature et espérer devenir les prochains Talents des Cités 2020. 

Pourquoi ce concours ?

Le Concours Talents des Cités a pour objectif de repérer, récompenser et accompagner les réussites entrepreneuriales issues des quartiers prioritaires de la ville. Dans cette période inédite, qui voit nombre d’entrepreneurs en difficulté, d’autant plus dans des quartiers fragilisés, récompenser les initiatives audacieuses, souligner les réussites et les rebonds, donner un coup de pouce pour encourager ceux qui font vivre leur territoire est un acte symbolique qui a du sens. 

Comment participer ? 

Il suffit de candidater avant le 31 juillet sur la plateforme de candidatures https://talentsdescites.plateformecandidature.com/

Pour participer, c’est par ici !

Cette note vise à éclairer la réflexion locale et nationale quant à l’épidémie et son impact sur les habitant.e.s des quartiers prioritaires de la politique de la ville ainsi que sur le fonctionnement des écosystèmes d’acteurs locaux. Articulée par thématique, elle s’attache à mettre en évidence les enjeux tant immédiats (urgence) que prospectifs afin d’envisager la sortie de crise alors que ses conséquences restent pour l’heure complexes à appréhender.

Réseau National des Centres de Ressources Politique de la ville, avril 2020. 4 p. Lire la note

Comment se mobiliser face à l’urgence de la crise sanitaire et à la situation de confinement ? L’Agence nationale pour la cohésion des territoires (ANCT) répond à vos questions. Retrouvez les éléments de réponses aux questions les plus fréquentes formulées auprès de la direction générale déléguée à la politique de la ville de l’Agence nationale de la cohésion des territoires (ANCT).

Consulter la foire aux questions à destination des acteurs de la politique de la ville

Des associations et professionnels de la politique de la ville alertent sur les inégalités sociales et territoriales qui se renforcent dans le contexte de la crise sanitaire et du confinement. Les facteurs de vulnérabilité supplémentaire dans les quartiers populaires ont trait à l’état de santé des populations et à une exposition potentiellement plus importante au virus, à l’accès au soin, aux logements exigus et parfois surpeuplés, ou encore à la fracture numérique et à l’illettrisme. Dans ce contexte difficile, des initiatives sont lancées pour que les messages essentiels portent malgré tout, et des moyens supplémentaires sont demandés en matière de protection sanitaire.

Lire l’article sur Localtis -Un média Banque des territoires, 25 mars 2020

Le Conseil national des villes (CNV) formule plusieurs recommandations concernant la place des quartiers populaires dans les médias, dans le contexte de l’examen en commissions à l’Assemblée nationale du projet de loi relatif à la communication audiovisuelle et à la souveraineté culturelle à l’ère numérique.

Il rappelle, en préalable, que les quartiers populaires et leurs habitants doivent faire l’objet d’une présentation objective, juste et équilibrée ; cela représente un enjeu républicain de cohésion sociale incontournable, et pose la question : « Y a t-il une citoyenneté sans visibilité ? ».

Le CNV cible trois types de représentations et de stéréotypes :

  • « Les quartiers prioritaires de la politique de la ville, et celles et ceux qui y résident » ;
  • « La diversité de l’ensemble de la société française » ;
  • « Les Outremer ».

Le Conseil souhaite une plus grande diversité des professionnels (filière jeunes en alternance au-delà des 13 écoles de journalisme existantes) et une diversité plus affirmée dans les programmes (JT, reportages, fictions, …). Il s’agit par exemple, pour les chaînes publiques, de l’intégration d’indicateurs chiffrés de progression de la diversité des contenu dans les contrats d’objectifs et de moyens. Il relève que d’autres pays européens ont déjà légiféré sur ces enjeux.

Lire le document Conseil national des villes (CNV), 5 février 2020. 21 p.

​L’Agence nationale pour la rénovation urbaine (Anru) a lancé le vendredi 24 janvier 2020 un appel à projets relatif à l’agriculture urbaine :​ « Les quartiers fertiles ».  Il ambitionne « d’amplifier le nombre de projets d’agriculture urbaine au sein des quartiers prioritaires en renouvellement urbain, considérant notamment qu’il s’agit d’une opportunité de création d’emplois locaux, ​et donc d’insertion sociale et professionnelle, tout en soutenant des formes variées d’agriculture urbaine, par définition multifacette, et adaptées aux contextes spécifiques propres à chaque territoire. Les initiatives proposées ont vocation à s’inscrire dans une logique productive et marchande ».

« L’objectif de massification et d’accélération de l’agriculture urbaine, par le soutien à un nombre conséquent d’initiatives au titre de cet appel, devra trouver écho dans des projets accompagnant la structuration de filières locales et créateurs de ressources économiques pour les territoires, associant de manière étroite les habitants dans leur conception et leur mise en oeuvre, avec un impact positif démontré sur l’environnement.

Pour ce faire, les projets lauréats bénéficieront d’​un appui technique et opérationnel, individuel et collectif, et d’une aide financière pour le cofinancement d’études et missions d’ingénierie, d’investissements et de dépenses de personnel.

Il s’adresse aux collectivités territoriales menant des projets de renouvellement urbain dans le cadre du NPNRU, ou à des opérateurs qui justifieraient d’un partenariat avec ces collectivités et d’une articulation de la proposition avec le projet urbain. En cohérence avec le NPNRU auquel s’adosse l’appel à projets, les propositions doivent porter sur des quartiers d’intérêt national ou régional du programme. »

La première session donne lieu à un dépôt des dossiers auprès de l’Anru​ au plus tard le lundi 1er juin 2020.

En savoir plus sur le site de l’ANRU

A l’occasion des diverses rencontres et actions départementales que Villes & Territoires Occitanie organise, les conseils citoyens expriment régulièrement le besoin de leur mise en réseau, et ce pour plusieurs raisons :

  • S’inspirer mutuellement
  • Sortir de leur isolement
  • Trouver des réponses rapides et adaptées à leurs questions ou difficultés
  • Améliorer ou enrichir leurs projets en le soumettant à l’opinion des autres conseils citoyens.

Lors d’un séminaire dédié aux conseils citoyens du Gard, le 15 octobre 2019, Villes et Territoires a consacré un temps à la réflexion partagée autour de la mise en réseau : « pourquoi se mettre en réseau, que partager et comment ? »

Sur la base des propositions formulées par les conseils citoyens du Gard, ce mode d’emploi propose un appui technique pour concrétiser la mise en réseau des conseils citoyens. Pour des raisons pratiques cette mise en réseau se réalise pour l’instant à l’échelle départementale, échelle à laquelle ont été organisées jusqu’à présent les rencontres des conseils citoyens. A l’avenir, une mise en réseau élargie à la région peut être envisagée.

Guide « Les outils de votre mise en réseau »

Aller à la barre d’outils