Actus

Ces premières Assises régionales auront pour objet de débattre de la stratégie visant à généraliser l’Éducation artistique et culturelle en Occitanie.

Elles se tiendront Jeudi 4 octobre 2018 à la Scène nationale du Grand Narbonne

Afin d’atteindre l’objectif national visant à ce que 100% des jeunes de 3 à 18 ans bénéficient d’actions d’éducation artistique et culturelle d’ici 2022, un état des lieux a été effectué dans les 13 départements de l’Occitanie, entre mai et juillet 2018.
Ces assises réunissent l’ensemble des acteurs concernés : institutions publiques, collectivités, structures culturelles, socio-culturelles et éducatives, et services de l’Etat.
L’objectif de cette journée est à la fois de partager les réflexions autour de cet état des lieux départemental et régional et de tracer les pistes pour la généralisation à partir d’expériences significatives.

Accès au document de présentation : Assises_Régionales_EAC_Occitanie2018

Inscriptions ICI 

Pour tout renseignement complémentaire, merci d’adresser un mail à : assiseseac.occitanie@gmail.com

Le Centre National de Ressources et d’Appui aux CLSM publie l’édition 2018 de l’état des lieux des Conseils Locaux de Santé Mentale (CLSM) de France.
Ce document propose une cartographie nationale de ces espaces de concertation. On y découvre le profil des coordonnateurs de CLSM, la territorialisation des CLSM en France, l’organisation et le fonctionnement des CLSM, les priorités et thématiques travaillées par les CLSM ainsi que des exemples d’actions développées. Ce document s’accompagne d’une cinquantaine de « fiches action » détaillant des actions mises en place par les CLSM, à découvrir sur le site internet du Centre national de ressources et d’appui.

Accès aux fiches action

Les principaux enseignements de l’Etat des lieux 2018 des CLSM :
Le conseil local de santé mentale (CLSM) est un espace de concertation, de coordination et de codécision d’un territoire défini par ses acteurs. Présidé par un élu local, co-animé par la psychiatrie publique, intégrant les usagers et les aidants, le CLSM instaure et anime une politique locale en santé mentale. Le CLSM permet une approche locale et participative concernant la prévention et le parcours de soins. Il associe l’ensemble des acteurs sanitaires et sociaux et toute personne intéressée du territoire pour identifier les besoins et priorités de celui-ci et pour mettre en place les actions. Le développement des CLSM s’inscrit pleinement dans le cadre des politiques de santé publique et de la politique de la ville notamment dans la loi du 26 janvier 2016 de modernisation de notre système de santé qui définit leur rôle dans la mise en place des Projets Territoriaux de Santé Mentale (PTSM).

En savoir plus  et accès à l’état des lieux

Accès à la restitution de la journée organisée par Villes et Territoires sur les Conseils locaux de santé mentale

Pour les associations de proximité, la simplification des procédures administratives est un enjeu pour faciliter la réalisation de leurs projets. Le CGET, afin de répondre à cet enjeu, mettra en place le portail des aides Dauphin, cet automne, avec un espace pour les usagers et un autre pour les services et opérateurs publics. Dans le même temps, une expérimentation de « guichet unique – instruction et programmation partagée – référent unique » se déroulera avec des collectivités territoriales volontaires.

  • Près de 25 000 actions et 10 400 porteurs de projets ont bénéficié du financement des crédits de la politique de la ville, en 2017.
  • 8 200 étaient des associations de proximité, qui interviennent auprès des 5,5 millions d’habitants des 1 514 quartiers prioritaires.
  • Au total, 243 millions d’euros de subventions ont été accordés.

Pour faciliter les demandes de subventions des associations – et donc la réalisation de leurs projets dans tous les domaines (soutien scolaire, emploi, prévention santé, lutte contre les discriminations, mobilité…) –, le portail Dauphin remplace les précédents outils de dépôt en ligne, à partir du 15 octobre 2018.

Lire la suite sur le site du CGET et la note réalisée par le CGET

Emmanuel Macron a lancé ce jeudi 13 septembre la “stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté”, principalement assise sur un accompagnement renforcé vers l’emploi, une future fusion de plusieurs prestations et un accent mis sur la petite enfance et les jeunes. Plusieurs dispositions vont conduire les collectivités, à commencer par les départements, à rénover leurs politiques d’insertion (caissedesdepotsdesterritoires.fr, 13/09/2018)

Lire le dossier sur www.caissedesdepotsdesterritoires.fr

© @BPIfrancePresse | Bpifrance et Initiative France renforcent leur engagement commun en faveur du développement des TPE et PME, le 11 septembre

À l’heure actuelle, la part de créateurs d’entreprise des quartiers suivis par des réseaux d’accompagnement à la création d’entreprise est encore faible. Initiative France comme Bpifrance comptent changer la donne, à partir d’accélérateurs créés sur le même modèle que les accélérateurs destinés aux start-up, PME ou ETI.

“Dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville, nous suivons quantitativement 600 porteurs de projet d’entreprise par an, c’est insuffisant, notre ambition est d’atteindre 1.500 personnes par an.” L’objectif d’Initiative France a été rappelé par Louis Schweitzer, président du réseau, à l’occasion du renouvellement, le 11 septembre 2018, de la convention de partenariat avec Bpifrance” (Localtis, 12/09/2018)

Lire la suite de l’article sur www.caissedesdepotsdesterritoires.fr

0 39

Envie d’entreprendre dans les quartiers prioritaires de la ville ?
Les inscriptions au concours Talents des Cités sont ouvertes jusqu’au 30 septembre 2018 !

Le concours Talents des Cités repère et récompense les créateurs d’entreprise dans les quartiers prioritaires de la Ville depuis 2002. A l’initiative du ministère de la Cohésion des territoires et de l’Agence France Entrepreneur, le concours Talents des Cités est co-organisé par BGE avec le soutien de la Caisse des Dépôts.

Plusieurs candidats primés dans notre région pour l’édition 2017. Voir l’article

Benoit Falaize (dir.), Territoires vivants de la République. Ce que peut l’école : réussir au-delà des préjugés. La Découverte, 2018

Depuis une quinzaine d’années, un discours décliniste sur l’école ne cesse d’occuper la scène publique et médiatique, insistant sur la grande difficulté, voire l’incapacité des enseignants à exercer leur métier dans les quartiers déshérités face à de jeunes élèves essentialisés (communautaristes, antisémites, sexistes, anti-France…).
Pourtant, dans ces territoires que l’on ne sait désigner que par leurs difficultés, leurs handicaps ou leurs dangers, l’école fait son travail, quotidiennement et avec acharnement, de manière presque invisible. C’est ce que souhaite montrer ce livre, en offrant un autre regard sur les réseaux d’éducation prioritaire et, plus largement, sur les enfants de milieux populaires et le travail des enseignants. Ces derniers livrent ici des témoignages précieux pour partager leurs expériences et retranscrire la parole de leurs élèves. Pour montrer que les écoles républicaines peuvent et savent être des lieux d’accueil et de mise en partage de ce qui est commun comme de ce qui divise.
Sans tronquer la réalité ni minimiser les problèmes, ce livre restitue les conditions possibles et réussies de l’enseignement en France aujourd’hui. Il défend ainsi une vision politique de l’école, d’intégration, d’affranchissement et de construction civique. Benoit Falaize est agrégé et docteur en histoire, chercheur spécialiste de l’histoire de l’école, des questions d’éducation à la citoyenneté et de l’enseignement de l’histoire.

Interview de plusieurs auteurs sur  le site du café pédagogique

Dans le cadre de son programme de formation, Ressources & Territoires lance un appel d’offres d’interventions autour du projet :

« INTÉGRATION : prendre en compte les besoins des publics, organiser les territoires ».

Pour plus de renseignements, rendez-vous sur le site internet www.ressources-territoires.com rubrique « Appels d’offres d’interventions ».

Propositions et références à envoyer uniquement par mail à Nathalie Chevigny, Chargée de formation : nchevigny@ressources-territoires.com

Labo Cités est le centre de ressources politique de la ville d’Auvergne-Rhône-Alpes. Association loi 1901, Labo Cités est un espace d’informations, d’échanges et de qualification pour les acteurs de la politique de la ville : agents des collectivités locales et de l’État, élus, acteurs du social, de l’urbain et du développement économique, responsables associatifs, opérateurs et organismes d’appui, chercheurs, conseillers citoyens…
Notre activité s’organise autour de trois missions principales : créer et animer des réseaux d’acteurs ;
accompagner la montée en compétences ; capitaliser et diffuser la connaissance et les expériences. Suite au départ d’un collaborateur, nous souhaitons recruter un(e) chargé(e) de mission.

Consulter l’offre d’emploi

La Plateforme nationale d’actions globales pour la responsabilité sociétale des entreprises (Plateforme RSE) a analysé les multiples stratégies d’ancrage territorial des entreprises, les formes variées de coopération, les différents instruments de mesure ainsi que les freins existants. Elle formule onze recommandations pour mieux connaître, organiser et favoriser les pratiques de coopération.

Le groupe de travail “RSE et territoires” qui a élaboré l’état de lieux et les propositions a retenu plusieurs axes de travail :

  • un diagnostic sur l’ancrage territorial des entreprises et des recommandations adressées aux différentes parties prenantes
  • l’analyse des enjeux et des conditions de succès des initiatives locales en matière de RSE et une réflexion sur les modalités d’articulation de ces initiatives avec les travaux de la Plateforme RSE
  • le suivi de la mise en œuvre de l’expérimentation de labels sectoriels

La Plateforme RSE s’est fondée sur une analyse des enjeux : la notion de territoire, les différentes stratégies d’ancrage territorial développées par les entreprises et leurs mesures, l’importance de la coopération pour le développement des territoires et les freins existants.

Elle a formulé onze recommandations, adressées au Gouvernement et aux différentes parties prenantes de la RSE portant sur l’importance de recenser les pratiques déjà existantes, de les évaluer et de les valoriser, d’encourager la création de structures d’échanges entre acteurs de la RSE et recommande aux pouvoirs publics d’encourager les expérimentations et pratiques RSE.

La Plateforme  RSE, installée à France Stratégie, réunit depuis 2013 un large éventail de parties prenantes : entreprises, partenaires sociaux, organisations de la société civile, réseaux d’acteurs, chercheurs et institutions publiques.

En savoir plus et accès au téléchargement de l’avis sur le site de France stratégie

Aller à la barre d’outils