A la Une

Près de deux ans après le début de l'”expérimentation territoriale contre le chômage de longue durée” (ETCLD), plus connue sous le nom de “territoires zéro chômeur de longue durée”, le fonds d’expérimentation ETCLD a publié son premier bilan intermédiaire. Pour rappel, la loi 231-2016 du 29 février 2016 a donné au Fonds d’expérimentation, également appelé l’association Expérimentation territoriale contre le chômage de longue durée (ETCLD), les moyens d’une expérimentation d’une durée de cinq ans qui puisse ouvrir la voie d’une résorption du chômage de longue durée, ou plus précisément de la suppression de la privation d’emploi. 10 territoires sont concernés par cette expérimentation.

“Le principal enseignement, c’est que sur les territoires choisis, il est possible d’extirper totalement la privation d’emploi subie et que cela peut se faire sans accroître la dépense publique par l’activation des dépenses passives et les recettes générées par la mise à l’emploi”, résume Louis Gallois, président du fonds d’expérimentation, sur le site de l’association.

Accéder au rapport

Le Premier ministre Édouard Philippe a dévoilé, lors du Conseil national de l’industrie, ce jeudi 22 novembre, les 124 territoires identifiés par la mission Territoires d’industrie qui vont bénéficier d’un accompagnement de l’État. Lancée le 20 septembre dernier par le Gouvernement, cette mission – menée avec le soutien du CGET, qui consacre deux publications à ce secteur, et de la Direction générale des entreprises – a pour ambition d’accélérer le développement des territoires à forts enjeux industriels.

En Occitanie, “les territoires d’industrie” qui ont été retenus sont les suivants :  Aurillac – Figeac – Rodez; Bassin d’Alès; Béziers-Sète; Castelnaudary Castres; Gard Rhodanien; Interdépartemental GersTarn-et-Garonne; Narbonne; PETR Comminges et Nestes; PETR d’Ariège.

Un accompagnement des Territoires d’industries autour de 4 thématiques prioritaires L’industrie est d’ores et déjà au coeur des enjeux du Gouvernement ; des moyens conséquents sont mis en place chaque année pour améliorer la compétitivité des entreprises industrielles.
Pour les Territoires d’industrie, cet effort sera complété par un engagement spécifique de l’État et des opérateurs (La Banque des Territoires, Bpifrance, Business France…), qui mobiliseront un large éventail de politiques publiques pour appuyer et accompagner les projets de ces territoires. Plus de 1,3 milliards d’euros seront orientés prioritairement vers les Territoires d’industrie.
D’importants moyens humains, techniques et financiers seront ainsi consacrés aux Territoires d’industrie.

Ce soutien fera l’objet d’une contractualisation pour chaque Territoire d’industrie, sous le pilotage des maires, présidents d’intercommunalités et industriels locaux. Les Régions assureront, au niveau régional, le pilotage contractuel d’ensemble en lien avec l’État en région et les opérateurs. Un point d’étape sera effectué à la prochaine réunion du CNI, en mars 2019.

En savoir plus sur le site du CGET

Lancé le 4 juin dernier dans le cadre du plan d’investissement dans les compétences (PIC), cet appel à projets vise à “promouvoir les projets les plus innovants en matière d’inclusion des personnes les plus vulnérables” – les “invisibles” – et à “expérimenter de nouvelles approches pour remobiliser, accompagner, développer et valoriser” leurs compétences, en particulier dans les territoires les plus défavorisés ou les plus enclavés (quartiers de la politique de la ville, zones rurales et territoires d’outre-mer). Il bénéficie d’une enveloppe globale de 200 millions d’euros sur trois ans (caissedesdepotsdesterritoires.fr, 7/11/2018)

Lire l’article

© Etude Cerema "Parc privé et parc social dans les QPV

Les quartiers prioritaires de la politique de la ville comptent 36% de logements privés, selon une étude du Cerema qui permet d’appréhender la réalité du parc privé dans les QPV. Parce que, évidemment, 36% n’est qu’une moyenne… Le Cerema livre d’autres statistiques et une typologie des quartiers sous cet angle (www.caissedesdepotsdesterritoires.fr, 23/10/2018)

Lire l’article

Accéder à l’étude du Cerema

Julien Denormandie a présenté le 10 octobre, à la préfecture de Marseille, la “stratégie nationale d’intervention sur les copropriétés” sous la forme d’un plan de 2,74 milliards d’euros sur 10 ans intitulé “Initiative Copropriétés”, visant la résorbtion de 684 propriétés en difficulté. Le secrétaire d’Etat à la Cohésion des Territoires a installé le comité de pilotage dans la foulée.

Lire la suite sur www.caissedesdepotsdesterritoires.fr

 

Mathieu Cornieti, président d’Impact Partenaires, chargé d’animer le paQte de mobilisation des entreprises en faveur des habitants des quartiers. CGET 10 octobre 2018

Dans le cadre du paQte, vous venez de lancer, le 10 octobre, à Marseille, la « Tournée des achats impactants 2018 », à travers une série de speed meetings. Concrètement, de quoi s’agit-il ?

Nous avons conduit deux opérations, à Marseille. La première, l’étape de la « Tournée des achats impactants 2018 »*, consiste à créer des ponts entre des TPE et PME des territoires fragiles – situées dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville ou dans les zones de revitalisation rurale –avec les services Achats des grandes entreprises. Ça se déroule sous forme de speed business meeting, en face-à-face. Pendant sept minutes, les entrepreneurs des quartiers de la politique de la ville ont rencontré des acheteurs de grands groupes, auxquels ils n’arrivent pas à accéder d’ordinaire.

Lire la suite de l’article sur le site du CGET

Le ministère de la Cohésion des Territoires annonce “une augmentation sans précédent” du budget consacré à la politique de la ville, avec 85 millions d’euros de crédits supplémentaires. Mais les quartiers prioritaires bénéficieront de bien plus si on tient compte des lignes budgétaires nichées dans d’autres ministères. Rien qu’à l’Education nationale, 78 millions d’euros sont mobilisés en 2019 pour revaloriser les indemnités des personnels affectés en REP+. Et c’est loin d’être tout.

“Le PLF pour 2019 porte l’ambition du gouvernement en faveur des habitants des quartiers”, affirme son exposé des motifs en annonçant que les crédits de la mission “Cohésion des territoires” consacrés à la politique de la ville seront augmentés de 85 millions d’euros “pour que l’État puisse pleinement jouer son rôle de facilitateur des projets locaux avec les élus et acteurs de terrain”. Le budget 2019 de la politique de la ville passerait ainsi de 428 millions d’euros à 513 millions d’euros en un an.
Ces crédits interviendront en complément des crédits de droit commun portés par d’autres ministères (Intérieur, Education nationale, Emploi…), ainsi que l’indique le ministère de la Cohésion des territoires dans son dossier de presse. Il n’a pas communiqué le chiffrage global des crédits qui reviendraient aux quartiers, il faudra pour cela attendre les auditions parlementaires.
Valérie Liquet, Localtis 27/09/2018

En savoir plus sur le site de la Caisse des dépôts

Pour les associations de proximité, la simplification des procédures administratives est un enjeu pour faciliter la réalisation de leurs projets. Le CGET, afin de répondre à cet enjeu, mettra en place le portail des aides Dauphin, cet automne, avec un espace pour les usagers et un autre pour les services et opérateurs publics. Dans le même temps, une expérimentation de « guichet unique – instruction et programmation partagée – référent unique » se déroulera avec des collectivités territoriales volontaires.

  • Près de 25 000 actions et 10 400 porteurs de projets ont bénéficié du financement des crédits de la politique de la ville, en 2017.
  • 8 200 étaient des associations de proximité, qui interviennent auprès des 5,5 millions d’habitants des 1 514 quartiers prioritaires.
  • Au total, 243 millions d’euros de subventions ont été accordés.

Pour faciliter les demandes de subventions des associations – et donc la réalisation de leurs projets dans tous les domaines (soutien scolaire, emploi, prévention santé, lutte contre les discriminations, mobilité…) –, le portail Dauphin remplace les précédents outils de dépôt en ligne, à partir du 15 octobre 2018.

Lire la suite sur le site du CGET et la note réalisée par le CGET

Emmanuel Macron a lancé ce jeudi 13 septembre la “stratégie nationale de prévention et de lutte contre la pauvreté”, principalement assise sur un accompagnement renforcé vers l’emploi, une future fusion de plusieurs prestations et un accent mis sur la petite enfance et les jeunes. Plusieurs dispositions vont conduire les collectivités, à commencer par les départements, à rénover leurs politiques d’insertion (caissedesdepotsdesterritoires.fr, 13/09/2018)

Lire le dossier sur www.caissedesdepotsdesterritoires.fr

À l’heure actuelle, la part de créateurs d’entreprise des quartiers suivis par des réseaux d’accompagnement à la création d’entreprise est encore faible. Initiative France comme Bpifrance comptent changer la donne, à partir d’accélérateurs créés sur le même modèle que les accélérateurs destinés aux start-up, PME ou ETI.

“Dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville, nous suivons quantitativement 600 porteurs de projet d’entreprise par an, c’est insuffisant, notre ambition est d’atteindre 1.500 personnes par an.” L’objectif d’Initiative France a été rappelé par Louis Schweitzer, président du réseau, à l’occasion du renouvellement, le 11 septembre 2018, de la convention de partenariat avec Bpifrance” (Localtis, 12/09/2018)

Lire la suite de l’article sur www.caissedesdepotsdesterritoires.fr

Aller à la barre d’outils