A la Page

L’Agence nationale pour la rénovation urbaine (ANRU) a publié en juillet 2021 un carnet thématique qui montre comment les stratégies d’attribution et de relogement contribuent à la mise en œuvre des objectifs de rééquilibrage de l’occupation du parc social et de mixité sociale portés par les projets de renouvellement urbain. Ce carnet capitalise les retours d’expériences et des méthodes opérationnelles d’acteurs locaux et nationaux, ainsi que l’apport d’experts des politiques sociales de l’habitat. Les constats et les recommandations méthodologiques ou
opérationnelles du carnet sont ainsi richement illustrés.

Accéder au document

Cette publication portant sur les Quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) en Occitanie est réalisée dans le cadre de l’Observatoire des publics les plus éloignés de l’emploi par le Carif-Oref Occitanie.

Cet Observatoire, comme mentionné dans le Pacte régional d’investissement dans les compétences 2019-2022 en Occitanie, permet de repérer, identifier et caractériser les publics les plus en difficultés et cumulant différents freins d’accès à la formation, à l’emploi, de mobilité…

Cette étude donne un éclairage sur les 105 Quartiers prioritaires d’Occitanie et leurs 358 000 habitants. Comme pour les autres publications de cet Observatoire, l’objectif est de fournir des éléments de cadrage et de poser un diagnostic territorial permettant de mieux connaître ce public.

Les caractéristiques des habitants sont présentées à travers six profils de quartiers identifiés par l’Insee : démographie, formation, marché du travail, pauvreté… mettant en lumière les spécificités propres à chacun d’entre eux.

Consulter la publication

(Extrait de l’introduction) « C’est dans un contexte difficile que l’Observatoire des inégalités publie ce second Rapport sur la pauvreté en France. La première édition, il y a déjà deux ans, avait connu une grande audience et nous avions dû en faire une seconde impression. Ce nouveau document actualise les données de 2018 et offre de nouveaux éclairages. Malheureusement, un grand nombre de données manquent encore –les revenus sont connus avec deux années de décalage en France, comme dans la plupart des pays– mais, d’ores et déjà, nos éléments permettent de planter le décor, de comprendre la crise sociale actuelle.

Ce rapport sur la pauvreté est rédigé volontairement dans un langage accessible au plus grand nombre, alors que les documents qui existent sur le sujet sont le plus souvent réservés à des spécialistes. Nous visons une large diffusion pour servir de point de départ à une discussion éclairée sur les politiques sociales. Nous cherchons aussi à faire la part des choses dans un débat polarisé entre ceux qui, pour alerter, exagèrent la pauvreté dans notre pays, et ceux qui ne veulent pas voir les difficultés sociales de certains de nos concitoyens. Rappelons que nous optons dans ce rapport pour le seuil de pauvreté de 50% du niveau de vie médian, plus faible que le seuil de 60% qui est le plus souvent utilisé. Il aboutit à un nombre de pauvres presque deux fois moins élevé (cinq millions contre neuf millions), mais permet un focus sur des populations en grande difficulté. »

Accéder au rapport

En Occitanie, une personne sur quatre déclare que la situation financière de son ménage s’est dégradée lors du premier confinement de la population au printemps 2020 en lien avec le net ralentissement de l’activité économique. Cependant, tous les foyers ne sont pas touchés de la même manière : parmi les plus modestes, 35 % déclarent subir une perte de revenus. Les retraités, moins affectés que les actifs par les répercussions économiques du confinement, ne sont que 6 % dans ce cas. Des disparités marquées existent entre les départements d’Occitanie, liées aux tissus
productifs locaux et aux caractéristiques de la population. La situation financière des ménages se détériore plus souvent dans l’Aude, le Gard, en Haute-Garonne et dans l’Hérault. Dans les départements plus ruraux, où la part des retraités est plus élevée, les pertes de revenus sont moins fréquentes.

Accéder au communiqué de presse d’INSEE Occitanie

Pour en savoir plus :

« Des conséquences financières du premier confinement plus ou moins marquées selon les territoires », Insee Première n° 1850, avril 2021

La crise sanitaire de 2020 éclaire d’un nouveau jour les relations de voisinage. Mais quelles sont leur ampleur et leur nature aujourd’hui ? S’appuyant sur l’enquête Mon quartier, mes voisins réalisée en 2018, Jean-Yves Authier et Joanie Cayouette-Remblière examinent si l’on voisine tous de la même façon. Quelles sont les différences selon le type d’habitat ? selon le niveau d’instruction, le revenu, la catégorie socioprofessionnelle ?

Voisiner, une pratique qui demeure… sélective, Population et Sociétés, n°589, mai 2021

France Stratégie a publié un document de travail sur les enjeux et pistes d’action pour améliorer la mobilité dans les espaces périphériques et peu denses.

Ce travail a été mené à la demande de France Stratégie, en partenariat avec l’Agence Nationale de Cohésion des territoires et l’appui du Cerema. Il a été réalisé au premier semestre 2019, avant la crise du coronavirus, afin d’analyser la mobilité dans ces territoires de manière systémique, à l’aune des évolutions engendrées par la loi d‘orientation des mobilités, et des enjeux soulevés par le mouvement des Gilets jaunes.

Cette analyse est fondée sur une recherche bibliographique et des entretiens avec de nombreux acteurs, ainsi que sur l’analyse détaillée de la mobilité à l’échelle des intercommunalités.

L’analyse basée sur les principales caractéristiques socio-économiques et les données de mobilité permet d’identifier 8 types de territoires pour lesquels les enjeux sont spécifiques, que ce soit en termes d’accessibilité, d’offres de transport, de gouvernance…

Des pistes d’action ont été dégagées pour renforcer la cohérence stratégique et opérationnelle entre aménagement du territoire et systèmes de mobilité, surtout dans les territoires où les pôles sont dispersés.

Accéder au document

Cette publication s’appuie sur une nouvelle définition du rural, construite par l’Insee et validée par le Comité interministériel de la ruralité en fin d’année 2020 pour mieux appréhender la réalité multiforme de ces territoires. En rupture avec l’ancienne approche centrée sur la ville, les territoires ruraux désignent désormais l’ensemble des communes peu ou très peu denses.

L’espace rural ainsi redéfini recouvre 90 % de l’Occitanie et héberge deux habitants sur cinq. La région se classe au 8e rang des régions de métropole par la proportion d’habitants résidant dans cet espace. Entre 2008 et 2018, la population « rurale » augmente fortement, mais ce dynamisme démographique reste corrélé à la proximité de l’espace urbain.

À la même date, un article intitulé « Une nouvelle définition du rural pour mieux rendre compte des réalités des territoires et de leurs transformations« , intégré dans la publication La France et ses territoires et diffusé sur insee.fr, présente la nouvelle définition de la ruralité France entière.

Lire Le rural redéfini, un espace étendu qui gagne des habitants, Insee flash Occitanie n°109, avril 2021

Un dossier de Millénaire 3, la prospective de la métropole de Lyon (9 mars 2021)

En France comme à l’échelle de l’Union Européenne ou au niveau international, l’économie circulaire s’est imposée ces dernières années comme un axe phare des politiques de transition écologique. En s’appropriant le concept, les acteurs publics sont souvent amenés à lui donner une définition officielle faisant référence pour guider l’élaboration de stratégies d’action dédiées.

Bien qu’essentielles pour donner du sens et encourager les acteurs à s’engager dans la transition circulaire, les définitions en vigueur ne doivent cependant pas faire oublier que le concept d’économie circulaire suscite un vif débat au plan académique, et donne lieu à une pluralité d’approches.

Accéder au dossier en ligne sur www.millenaire3.com

Aller à la barre d’outils